Accéder au contenu principal
France / Politique

Elections départementales: Valls et Sarkozy s'affrontent à distance

Le président de l'UMP Nicolas Sarkozy lors d'un meeting à Perpignan, le 26 mars 2015.
Le président de l'UMP Nicolas Sarkozy lors d'un meeting à Perpignan, le 26 mars 2015. AFP PHOTO / RAYMOND ROIG

A trois jours du second tour des élections départementales, Nicolas Sarkozy s'est affiché en meeting à Perpignan, dans les Pyrénées-Orientales, avec le centriste Jean-Christophe Lagarde, président de l'UDI. Il s'en est pris au Front national, mais aussi au Parti socialiste, alors que le Premier ministre Manuel Valls tenait en même temps un meeting à Tours, où il a accusé le patron del'UMP de « courir après le FN » à distance. Duel à distance.

Publicité

Les applaudissements retentissent dans la salle. Ovation pour Nicolas Sarkozy, main dans la main avec le centriste Jean-Christophe Lagarde, rapporte notre envoyée spéciale à Perpignan, Véronique Rigolet. Pour la première fois de cette campagne, une image de rassemblement pour mieux contrer le FN, mais également le PS, accusé par le patron de l'UDI de faire le jeu de l'extrême-droite. 

« Depuis quinze jours, le Premier ministre de la France quotidiennement, uniquement, exclusivement, obsessionnellement, ne parle que de l'extrême-droite dans l'espoir de la faire monter et de protéger les candidats socialistes. »

Allié avec les centristes, Nicolas Sarkozy poursuit pourtant une campagne très à droite pour ne rien lâcher à la frontiste Marine Le Pen, sur le voile à l'université, les cantines scolaires ou bien encore, sur l'immigration.  

« Ce mode de vie qui est le nôtre, est-ce qu'on va nous le prendre aussi ou ils vont comprendre là-haut, qu'on est prêts à accueillir de nouveaux Français, mais que dans notre esprit c'est ceux qu'on accueille qui s'adaptent à la France, ce n'est pas la France qui s'adapte à eux », dit Nicolas Sarkozy. 

Et le patron de l'UMP d'appeler les militants à se mobiliser pour le second tour des départementales, en leur promettant déjà d'autres combats, d'autres victoires : « Le changement va commencer par les départementales, après ce sera les régionales. Et croyez-moi, je vais m'en occuper », promet Nicolas Sarkozy.

Valls accuse Sarkozy de « courir après le FN »

Mais dans le même temps, à plusieurs centaines de kilomètres de là, le Premier ministre socialiste Manuel Valls était à Tours pour son avant-dernier meeting de l'entre-deux tours. L'occasion pour lui de dénoncer la campagne menée par le patron de l'UMP, relate notre envoyée spéciale à Tours, Valérie Gas

« Non, on n'attaque par le Front national quand on reprend des polémiques des politiques nauséabondes sur l'identité, sur la laïcité. On ne l'attaque pas, on montre qu'on est plus faible et qu'il est, le Front national, plus fort. [...] On exclut, on encourage le repli communautaire que l'on prétend combattre. Ce n'est pas cela, monsieur Sarkozy, la République, ce n'est pas cela la laïcité, l'égalité. Cela, ça s'appelle courir derrière le Front National. »

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.