Accéder au contenu principal
Régionales

France: l'abstention, grande inconnue du second tour des régionales

Les Français sont appelés à voter ce dimanche 13 décembre 2015 pour le second tour des élections régionales
Les Français sont appelés à voter ce dimanche 13 décembre 2015 pour le second tour des élections régionales REUTERS/Pascal Rossignol

En France, c'est donc le second tour des élections régionales ce dimanche 13 décembre. 46 millions de Français sont appelés aux urnes. Les bureaux de vote ont ouvert à 8h. A midi, la participation s'élevait à 19,59%, en légère hausse par rapport au deuxième tour de 2010 (18,57%) et à dimanche dernier (16,27%). Les électeurs vont élire les exécutifs des 13 nouvelles régions de métropole. La semaine passée, le Front national (FN) était arrivé en tête devant le parti Les Républicains (LR). Le parti socialiste (PS) avait lui terminé 3e.

Publicité

Onze triangulaires gauche-droite-FN, deux duels droite-FN après le retrait du PS en Nord-Pas-de-Calais-Picardie et Provence-Alpes-Côte-d'Azur. Alors que le FN est arrivé en tête dans 6 régions au 1er tour, le résultat final de ces régionales dépendra notamment de la mobilisation des électeurs et de la qualité des reports de voix.

Avec 50 % d’abstention dimanche dernier, le 1er tour 2015 n’a pas battu le record des régionales observé en 2010. Il n’empêche, sur fond de doute démocratique, ce scrutin n'a pas fait le plein et devant des élections qui s’annoncent serrées dans la plupart des régions, chaque camp compte mobiliser les abstentionnistes pour un second tour à 3 inconnues :

► Le Front national, d’abord, a-t-il fait le plein au 1er tour, ou dispose-t-il d'une réserve de voix ?

► La multiplication des triangulaires et la dramatisation de cet entre-deux tours vont-ils avoir des effets sur la mobilisation des électeurs ?

► La plus grande inconnue réside enfin dans le report des voix là où les socialistes se sont retirés, en Provence-Alpes-Côte-d’Azur et en Nord-Pas-de-Calais-Picardie : les électeurs de gauche vont-ils suivre les consignes parisiennes ? Voter à droite ou rester chez eux ?

On le voit, depuis dimanche dernier, toutes les cartes sont rebattues. Jamais un second tour des régionales ne s'est annoncé aussi incertain.

Le Front national en tête au premier tour

Quasiment un électeur inscrit sur deux s’est rendu aux urnes la semaine passée, ce qui représente 22,6 millions de votants. Une faible participation, même si celle-ci est en augmentation par rapport à 2010.

Le premier tour a été marqué par la victoire du Front national. Le parti d’extrême droite est arrivé en tête au plan national avec près de 28 % des voix, soit 6 millions d’électeurs. Le FN a terminé premier dans 6 des 13 régions du pays, devançant le parti Les Républicains et ses alliés centristes.

Au deuxième rang avec un peu moins de 27 % des suffrages, la formation de droite n’est arrivée en pôle position que dans 3 régions. Le parti socialiste et les radicaux n’ont pas fait mieux. Le PS a obtenu 23,5 % des voix au plan national.

Dans la moitié des régions dont l’Ile-de-France, les candidats socialistes ont scellé des alliances avec les autres partis de gauche pour ce second tour. Mais en Nord-Pas-de-Calais-Picardie et en Provence-Alpes-Côte-d'Azur, les candidats PS arrivés en 3e position au premier tour ont préféré se retirer, alors qu’en Alsace-Lorraine-Champagne-Ardennes, le candidat socialiste, également 3e du premier tour, a lui décidé de se maintenir contre l’avis de son parti.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.