Accéder au contenu principal
France

France: Laurent Fabius renonce à la présidence de la COP21

L'ancien Premier ministre français Laurent Fabius lors du grand succès de son passage au Quai d'Orsay, la Conférence internationale sur le climat de 2015. Ici photographié après l'adoption d'un accord, aux côtés du président Hollande et de Ban Ki-moon.
L'ancien Premier ministre français Laurent Fabius lors du grand succès de son passage au Quai d'Orsay, la Conférence internationale sur le climat de 2015. Ici photographié après l'adoption d'un accord, aux côtés du président Hollande et de Ban Ki-moon. © Reuters

Prenant acte de la polémique née de sa volonté de cumuler la présidence du Conseil constitutionnel et celle de la COP21, l'ex-ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a jeté l'éponge lundi 15 février, renonçant à suivre le dossier climatique, grand succès de son passage au Quai d'Orsay.

Publicité

Il y avait peut-être un peu d'arrogance et sans doute beaucoup d'inconscience à prétendre cumuler les fonctions de président du Conseil constitutionnel et président de la COP21. Le Conseil constitutionnel est un sacerdoce, où l'on entre après avoir fait vœu de silence, où l'on renonce à toute expression et toute ambition politique.

Dès lors, celui qui allait censurer les lois du gouvernement pouvait-il continuer, même symboliquement, à représenter ce même gouvernement sur la scène internationale et à conserver un bureau au Quai d'Orsay ? Non, avait répondu celui qui va lui laisser son fauteuil, le président sortant du Conseil constitutionnel Jean-Louis Debré.

Dans une lettre adressée à François Hollande, lundi 15 février, Laurent Fabius ne voit toujours pas où est le problème. Mais face à la polémique, il préfère renoncer, dit-il, à quelques jours de son audition devant les commissions de l'Assemblée nationale et du Sénat, passage obligé avant sa nomination officielle.

Le futur « sage » a préféré revenir à la raison, laissant ainsi le champ libre au successeur que le chef de l'Etat pourrait décider de nommer. Quant à la ministre de l'Environnement Ségolène Royal, marginalisée par Laurent Fabius sur la photo finale de la COP21 en décembre dernier, elle tient enfin sa revanche.

Celle qui a vu son portefeuille élargi la semaine dernière aux « relations internationales sur le climat », avait en effet estimé vendredi qu'il fallait « clarifier les règles du jeu » concernant le double rôle auquel M. Fabius aspirait.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.