Accéder au contenu principal
France

France: Yves Guéna, figure du gaullisme, s'est éteint

Yves Guena en 2006 lors de l'inauguration de l'exposition «Venise et l'Orient», à l'Institut du monde arabe.
Yves Guena en 2006 lors de l'inauguration de l'exposition «Venise et l'Orient», à l'Institut du monde arabe. AFP PHOTO DAMIEN MEYER

Yves Guéna était un proche du général de Gaulle, un résistant pendant la Seconde Guerre mondiale, et une figure de la vie politique française des années 1950-1960. Il est mort ce 3 mars 2016 à Paris, à l'âge de 93 ans. Sa carrière l'a mené dans plusieurs ministères mais aussi à la tête du Conseil constitutionnel.

Publicité

A 18 ans à peine, Yves Guéna suit l'appel du 18 juin 1940 et part rejoindre de Gaulle en Angleterre. Il suivra la trajectoire du général et celle de la France de l'après-guerre. Sa carrière politique le mènera aussi au Maroc et en Côte d'Ivoire. Mais il gardera toujours un ancrage local en Dordogne où il fut maire de Périgueux pendant près de quarante ans.

En juin 1968, quelques jours après les grandes manifestations du fameux mois de mai, le général de Gaulle remanie son gouvernement. Yves Guéna devient le ministre de l'Information de Georges Pompidou. Après la mort du général, il restera l'une des voix du gaullisme, à la tête de la Fondation Charles-de-Gaulle.

Invité sur RFI en 2005, il défendait son héritage, avec l'exemple de l'opposition de la France à la guerre en Irak.

Yves Guéna finira sa carrière en dirigeant l'Institut du monde arabe jusqu'en 2007.

Le gaullisme « dans le sang »

Le Premier ministre Manuel Valls a salué, ce jeudi, un homme qui a « toujours servi la République ».

De nombreux responsables et élus du parti Les Républicains ont aussi rendu hommage à un fidèle du gaullisme et un infatigable serviteur de l'Etat, un patriote dont « le gaullisme coulait dans [le] sang », selon les termes de l'ancien ministre des Transports Dominique Bussereau.

« Notre pays perd un de ses indéfectibles serviteurs », dont la vie « restera marquée par l'amour de la France », a déclaré de son côté l'ancien président Nicolas Sarkozy sur Twitter.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.