Accéder au contenu principal
France / Iran

Air France demande à son personnel navigant féminin de porter le foulard en Iran

Le foulard en Iran, même la chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini n'y échappe pas. Les syndicats du personnel d'Air France demandent la mise en place d'un volontariat pour les hôtesses de l'air.
Le foulard en Iran, même la chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini n'y échappe pas. Les syndicats du personnel d'Air France demandent la mise en place d'un volontariat pour les hôtesses de l'air. AFP PHOTO / BEHROUZ MEHRI

Conséquence directe du réchauffement diplomatique entre l’Iran et les puissances occidentales, la liaison Air France entre Paris et Téhéran sera rétablie le 17 avril après huit ans d'interruption. Mais un mémo envoyé par la direction d’Air France met en colère les syndicats du personnel navigant : il demande aux hôtesses de l’air de porter le voile dès la sortie de l’avion en direction de Téhéran.

Publicité

Pantalon pendant le vol, puis veste ample et foulard sur les cheveux dès la sortie de l’avion. C’est ce que demande la direction d’Air France à ses hôtesses de l’air travaillant sur les vols Paris-Téhéran. En vue de la réouverture de la liaison, annoncée en décembre et prévue le 17 avril 2016 à raison de trois vols hebdomadaires, la direction de la compagnie aérienne a diffusé une note interne en ce sens.

Mais plusieurs hôtesses d'Air France refusent. Joint par l'Agence France-Presse, Christophe Pillet, élu du syndicat SNPNC au comité central d'entreprise, relate que « tous les jours, nous avons des appels d'hôtesses de l'air inquiètes, qui nous disent qu'elles ne veulent pas porter le foulard ».

Françoise Redolfi est la secrétaire adjointe de l’UNSA PNC, l'un des principaux syndicats de l’aviation. « Sur toutes les destinations du monde, explique-t-elle à RFI, il n'y en a aucune où on nous dit : " Sur cette destination, tu devras porter un pantalon. " C'est la seule où on nous oblige à porter un pantalon et une veste. »

« On nous oblige à porter un signe ostentatoire religieux »

En fait, avant la fermeture de la ligne Paris-Téhéran en 2008, provoquée par l'adoption de sanctions internationales contre la République islamique, Air France demandait déjà la même chose à ses hôtesses de l'air opérant sur cette liaison. L’affaire avait même été débattue au Sénat, mais les syndicats n’avaient pas obtenu satisfaction. Ils dénoncent aujourd’hui une atteinte aux libertés individuelles.

Lors d'une réunion du comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT), vendredi, l'UNSA et le SNPNC ont donc demandé la mise en place d'un « volontariat », afin de ne « pas porter atteinte à la liberté de conscience » de certaines hôtesses.

« Là, on nous oblige à porter un signe ostentatoire religieux », remarque Françoise Redolfi. Selon elle, « il faut laisser le choix aux filles de le porter ou pas. Celles qui ne le souhaitent pas, il faut qu'elles puissent dire : " Moi, je ne suis pas volontaire sur ces vols, je ne veux pas faire ces vols. " »

Cette règle n'est « pas nouvelle », considère la direction

« La direction campe sur ses positions, alors que ça fait des mois qu'on l'alerte là-dessus. Elle parle de sanctions pour celles qui refuseront », dénonce Christophe Pillet, qui estime qu'Air France « a le temps de recenser les personnels volontaires, qui pourraient suffire à assurer la liaison ».

De son côté, la direction d’Air France justifie sa décision par le respect des coutumes des pays dans lesquels se rend la compagnie, pointant que la même règle s'est déjà appliquée, notamment pour les escales en Arabie saoudite.

« La loi iranienne impose le port d'un voile couvrant les cheveux, dans les lieux publics, à toutes les femmes présentes sur son territoire. Cette obligation, qui ne s'applique donc pas durant le vol, est respectée par toutes les compagnies aériennes internationales desservant la République d'Iran », souligne la compagnie.

→ À relire : Les relations France-Iran, pour le meilleur en oubliant le pire

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.