Accéder au contenu principal
France

France: 4 personnes interpellées dans l’enquête sur la voiture suspecte à Paris

Des militaires devant la cathédrale Notre-Dame de Paris, en avril 2015.
Des militaires devant la cathédrale Notre-Dame de Paris, en avril 2015. REUTERS/Philippe Wojazer

Des bonbonnes de gaz ont été retrouvées dans une voiture suspecte, à Paris. L'information n'a été dévoilée que ce mercredi 7 septembre au matin mais les faits se sont produits dans la nuit de samedi à dimanche. Quatre personnes sont actuellement en garde à vue dans cette affaire et une autre, la fille du propriétaire du véhicule, activement recherchée.

Publicité

article réactualisé jeudi 13h,

Deux couples soupçonnés d'avoir un rapport avec la voiture pleine de bonbonnes de gaz découverte en plein Paris, non loin de la cathédrale de Notre-Dame le week-end du 3 septembre sont actuellement en garde à vue.

La fille du propriétaire de la voiture est en revanche est toujours activement recherchée, alors que le propriétaire du véhicule a lui été relâché hier soir. Sa fille, que l'homme décrit lui-même comme radicalisée, a quitté le domicile de ses parents il y a quelques jours en emportant la voiture en question. Elle est connue des services de police pour ses envies de départ en Syrie.

Le premier couple a été arrêté en début de semaine sur une aire d'autoroute dans le sud de la France. Ils appartiendraient à la mouvance islamiste radicale et sont tous deux connus des services de renseignement. Un deuxième couple a été arrêté cette nuit à Montargis, à une centaine de kilomètres au sud de Paris.

L'information a d'abord été révélée par Le Figaro avant d'être confirmée par plusieurs sources. Une Peugeot 607 était garée sur le quai de Montebello, à deux pas de la cathédrale Notre-Dame de Paris mais également de la préfecture de police de la capitale. Elle a été retrouvée samedi soir, les clignotants allumés mais dénuée de plaques d'immatriculation.

Pas de détonateur

La voiture semblait « abandonnée », selon une source policière. A bord se trouvaient six bonbonnes de gaz qui n'étaient reliées par aucun détonateur. Elle contenait également trois bidons d'essence mais aucune chaîne pyrotechnique. Pourquoi le véhicule a-t-il été placé là ? A-t-il été abandonné ou garé dans un but précis ? La police a rapidement remonté la trace du couple en analysant le numéro de série du véhicule.

Crainte d'un attentat à la voiture piégée

Dans le contexte actuel, la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) redoute bien sûr une attaque à la voiture piégée. La France n'en a pas connu depuis 34 ans.

Mais déjà en mai dernier, le patron du renseignement intérieur Patrick Calvar prévenait : « Dès que les jihadistes auront projeté sur notre territoire des artificiers, ils passeront au stade de la voiture piégée pour éviter de sacrifier leurs combattants ».

Cette voiture abandonnée remplie de bouteilles de gaz est donc prise très au sérieux par les enquêteurs.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.