Accéder au contenu principal
France

France: une étude alerte sur la baisse du niveau d'orthographe des écoliers

L'étude montre que l'orthographe des écoliers de tous les milieux sociaux se détériore.
L'étude montre que l'orthographe des écoliers de tous les milieux sociaux se détériore. FRANK PERRY / AFP

Qui peut ignorer qu’en France l’orthographe des élèves s’est détériorée ces dernières années ? L’étude qu'a publiée mercredi 9 novembre le ministère de l’Education nationale révèle que les écoliers font de plus en plus de fautes d'orthographe.

Publicité

Une même dictée comportant 67 mots et 16 signes de ponctuation. La méthode d’évaluation de l’orthographe est simple : on a dicté à des élèves de CM2 le même texte d'une dizaine de lignes à plusieurs années d'écart, 1987, 2007, 2015. Les auteurs de l'étude montrent que la situation s'aggrave : l'année dernière, les élèves ont fait en moyenne 17 erreurs sur un texte de dix lignes, huit ans plus tôt, ils avaient commis 3 fautes de moins, et 7 fautes de moins en 1987. Un élève sur cinq a fait 25 fautes ou plus l'année dernière, il y a presque 30 ans, seul un élève sur 20 affichait ce record de fautes.

C’est la faute à la grammaire !

Sans surprise, il s'agit d'erreurs de grammaire. L'accord entre le sujet et le verbe est une véritable difficulté pour eux. Autrement dit, et à titre d’exemple, quand ils écrivent « les enfants jouent », ils oublient le « ent », ils ne conjuguent pas au pluriel.

En 2015, seulement un quart des élèves ont accordé correctement au pluriel l'adjectif « inquiets ». En revanche, les écoliers orthographient de la bonne manière les substantifs comme « maison », « soir », « chien ».

La classe sociale reste déterminante

Là aussi sans surprise, dans les milieux aisés où l'offre culturelle - plus de livres plus de sorties, plus de discussion - est plus importante, les enfants maitrisent mieux l'orthographe. Un autre constat qui parait évident : les élèves qui ont le moins bien réussi la dictée sont ceux qui ont de gros problèmes en lecture.

Mais là, où l'étude est intéressante, c'est que l'orthographe des écoliers de tous les milieux sociaux se détériore. Les enfants de cadres font deux fois plus de fautes aujourd'hui qu'il y a dix ans.

Comment expliquer la baisse du niveau de l’orthographe ?

L'étude ne le précise pas, mais on sait que c'est dû à la langue SMS qui abime complètement l'orthographe et qui recrée une nouvelle écriture.

Autre explication : les élèves lisent moins, passent beaucoup de temps sur les tablettes ou devant la télévision. Autre chose, l'orthographe a peut-être moins d'importance aujourd'hui. Autrefois, écrire sans faire de fautes était un signe d'intelligence...

Derrière l’enjeu de l’orthographe, c'est toute la question des méthodes et des programmes scolaires qui se pose. Du côté du ministère de l'Education nationale, qui publie cette étude, on braque d’ailleurs les projecteurs en ce sens, en rappelant que l’évaluation orthographique concerne « des élèves entrés en CP en 2010 et qui ont suivi les programmes de 2008 ». Ceux insufflés par la droite, en somme. Et pas ceux tout juste réécrits par le Conseil supérieur des programmes (CSP) et arrivés dans les classes en septembre.

La ministre de l’Education nationale Najat Vallaud-Belkacem précise que grâce à la recherche scientifique, ces nouveaux programmes ont été pensés pour être plus cohérents, plus progressifs, et surtout mettre véritablement l’accent sur l’apprentissage et la consolidation du français, la ministre rappelle qu'elle a mis en place une dictée quotidienne dans les écoles.

A (re) lire → Un rapport souligne les inégalités du système éducatif français
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.