Accéder au contenu principal
France

France: que devient le collectif Nuit debout?

Le mouvement citoyen apolitique et sans leadership Nuit debout a rassemblé des milliers de Franciliens place de la République à Paris et partout en France pendant des semaines.
Le mouvement citoyen apolitique et sans leadership Nuit debout a rassemblé des milliers de Franciliens place de la République à Paris et partout en France pendant des semaines. ® Thomas Bourdeau / RFI

Que reste-t-il de Nuit debout ? Le mouvement citoyen apolitique et sans leadership a rassemblé des milliers de Franciliens place de la République à Paris et partout en France pendant des semaines. Né le 31 mars 2016 pour dire non au projet de Loi travail, il s'est étendu à un rejet de la politique généralisé, mais le mouvement s'est essoufflé.

Publicité

Sur la planète Nuit debout, nous sommes le mardi 302 mars, selon un calendrier qui n'est jamais passé au mois d'avril. Mais depuis la fin de l'été, la place de la République est quasiment vide. Pourtant le 11 avril, plus de 30 000 personnes avaient veillé une partie de la nuit à Paris. La mobilisation atteignait alors son sommet. Puis Nuit debout a fait des petits à Nantes, à Rennes, à Marseille, à Toulouse, avant que le mouvement ne s'essouffle.

Les évacuations quotidiennes du site par les forces de l'ordre au petit matin ont fini par décourager les participants. Et le projet de Loi travail - fil rouge du soulèvement citoyen - a été adopté le 21 juillet. Ces dernières semaines, une myriade d'associations s'est réappropriée le mouvement pour défendre d'autres causes : Syrie debout, la lutte contre l'évasion fiscale ou contre les pesticides. Le 24 décembre, quelques citoyens ont distribué un repas de Noël aux réfugiés sur la place de la République. Mais les rassemblements n'ont plus excédé la centaine de participants.

Et depuis mercredi 21 décembre, Nuit debout est une marque déposée. Ses propriétaires peuvent dès à présent l'utiliser à des fins commerciales. Dans la gazette de Nuit debout, la démarche est dénoncée en ces mots : « "Nuit debout" ne peut être privatisé, c'est un nom qui appartient à tous et qui est entré dans l'histoire ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.