Accéder au contenu principal
France

France: les parlementaires de droite sont encore derrière François Fillon

François Baroin répond aux questions des journalistes après la réunion au QG de campagne de François Fillon, le 7 février 2017.
François Baroin répond aux questions des journalistes après la réunion au QG de campagne de François Fillon, le 7 février 2017. ALAIN JOCARD / AFP

Après sa conférence de presse du 6 février, où il a notamment réaffirmé que l’emploi de son épouse Pénélope était légal, le candidat de la droite François Fillon recevait ce mardi 7 février les parlementaires Les Républicains, dont certains - une minorité de cas - avaient évoqué la possibilité d’un plan B.

Publicité

A entendre les parlementaires ce 7 février, il n’y a plus de place pour le doute. François Fillon a réussi à calmer tout le monde et a reçu le soutien des députés et sénateurs présents au siège de sa campagne par acclamation. Aucune voix discordante ne s’est exprimée.

Même ceux qui avaient fait part la semaine dernière de leur inquiétude et avaient envisagé une défection de François Fillon ont changé de discours. Le député Philippe Gosselin, par exemple, qui en avait appelé directement à Alain Juppé, a estimé qu’il n’y avait pas de plan B. François Fillon a donc coupé court aux velléités de fronde.

Le mot d’ordre, c’est donc maintenant de parler du programme, des idées et de retourner sur le terrain faire campagne. François Baroin était présent et s’est réjoui que François Fillon commence la reconquête cet après-midi à Troyes, sa ville. Il a été très clair : on a un chef, une équipe, un projet. Autrement dit, tout est en ordre et Eric Woerth a ajouté : « Si on veut gagner, on soutient François Fillon. » Sous-entendu, on n’a pas le choix.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.