Accéder au contenu principal
France

Fleury-Mérogis: 5 heures de négociations pour une prison au bord de l’implosion

La prison de Fleury-Mérogis, en région parisienne, enregistre un taux d'occupation de 180%.
La prison de Fleury-Mérogis, en région parisienne, enregistre un taux d'occupation de 180%. GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

Après le blocus et les manifestations de la veille, les syndicats de surveillants de Fleury Mérogis ont passé plus de cinq heures ce mardi 11 avril à négocier avec la direction de la pénitentiaire. Ils réclament davantage d’effectifs et un désengorgement de la plus grande prison d’Europe aujourd’hui surpeuplée.

Publicité

Bouteilles d’eau dans les mains, Rosa est venue voir son fils incarcéré. Depuis que six surveillants ont été blessés jeudi dernier, la tension entre gardiens et détenus mineurs est encore montée d’un cran, dit-elle. « Ce sont des douleurs psychologiques qu’ils font subir à ces jeunes. Tout ça parce que, peut-être, les surveillants eux non plus n’en peuvent plus. Il y a une surpopulation », avance-t-elle.

Ils sont tous à cran. C'est la survie.

Ghislaine

Avec un taux d’occupation de 180 %, le seuil de l’inacceptable à Fleury-Mérogis a été franchi, disent les syndicats. Et cette promiscuité complique les choses, confirme l’aumônier, Dominique Grésillon : « Il y a des cellules de 9 m2 qui devraient être pour une personne, qui sont systématiquement installées pour deux avec des lits superposés et où des matelas sont posés sur le sol pour une troisième personne. Ça, c’est très dur. » Et parfois même un quatrième.

C’est de cette surpopulation carcérale qu’il a été question pendant près de cinq heures de négociations ce mardi entre les syndicats et la direction de la pénitentiaire. Postes de surveillance supplémentaires, désengorgement des prisons parisiennes vers des centres en province, « tout un tas d’éléments positifs ont été évoqués », a rapporté Marcel Duredon, responsable du syndicat FO pénitentiaire à Fleury-Mérogis, à l’issue de ces discussions. « Nous jugerons en paroles et en actes la détermination du directeur de l’administration pénitentiaire vendredi prochain, à son retour », a-t-il encore indiqué.

Les personnels de la maison d’arrêt discuteront de la suite à donner à leur mouvement après leur assemblée générale ce mercredi soir.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.