Accéder au contenu principal
Santé

Pesticides: de nouvelles études confirment la nocivité des néonicotinoïdes

Một trại nuôi ong ở Belarus. Ảnh chụp ngày 24/06/2017.
Một trại nuôi ong ở Belarus. Ảnh chụp ngày 24/06/2017. REUTERS

Les néonicotinoïdes, ces pesticides «tueurs d'abeilles», portent bien leur nom. Deux nouvelles études, en Europe et au Canada publiées jeudi dans la revue de référence «Science», le confirment. Ce sont les expériences les plus étendues menées à ce jour dans la nature et elles apportent des arguments de taille aux détracteurs des «néonicotinoïdes».

Publicité

Jusqu'à présent les industriels affirmaient que les études menées dans les laboratoires n'étaient pas recevables parce que les fortes doses de néonicotinoïdes auxquelles les abeilles étaient alors exposées ne reflétaient pas la réalité dans les champs. Or, cette fois-ci les chercheurs ont bien observé les abeilles dans les champs où les concentrations de ces insecticides sont plus faibles. Leur conclusion : l'impact est malgré tout néfaste pour les abeilles.

Des colonies affaiblies, des abeilles mortes prématurément, c'est le constat des chercheurs au Canada.

En Europe, les scientifiques sont arrivés à la même conclusion. Lors d'une expérience sur 3000 hectares au Royaume-Uni, en Allemagne et en Hongrie, les chercheurs ont observé que les abeilles exposées avaient du mal à se reproduire. A certains endroits, la population des ruches avait diminué de 24% durant l'hiver, à d'autres, le taux de survie a été un peu plus élevé parce que les abeilles avaient aussi des fleurs sauvages à leur disposition pour butiner.

Ces résultats sont d'autant plus crédibles que les études ont été financées par les industriels eux-mêmes, à savoir les groupes Bayer et Syngenta.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.