Accéder au contenu principal
France

Discours de politique générale: le «moment» Edouard Philippe à l'Assemblée

Le Premier ministre français Edouard Philippe, le 28 juin dernier à Tallinn, en Estonie.
Le Premier ministre français Edouard Philippe, le 28 juin dernier à Tallinn, en Estonie. REUTERS/Ints Kalnins

Au lendemain de l'adresse du président Macron devant le Parlement français réuni en Congrès, le Premier ministre entre en jeu. Edouard Philippe prononce ce mardi 4 juillet 2017 son discours de politique générale devant la chambre basse, l'Assemblée nationale, qui votera la confiance au gouvernement dans la foulée.

Publicité

Ils se sont répartis les rôles : deux discours de méthode censés donner le « la » avant d'entrer dans le vif du sujet. Alors qu'Emmanuel Macron a évoqué le cap qu'il entendait suivre pendant son quinquennat, n'entrant dans le détail que pour une partie des premiers chantiers à mener - la réforme des institutions, principalement -, le Premier ministre est particulièrement attendu ce mardi sur le dossier « chaud » de ce début de mandature : les réformes économiques et sociales, dont le chef de l'Etat s'est contenté d'énumérer les grands objectifs.

Edouard Philippe est donc arrivé à l'Assemblée nationale à pied, ce mardi matin, en vue de son grand oral devant les députés de la nation, une tradition pour les nouveaux chefs de gouvernement français. Il a commencé sa journée par un bref passage à la conférence des présidents et auprès du groupe majoritaire, La République en marche (LREM). Sa journée s'achèvera, comme le veut la Constitution, par un vote de confiance de l'Assemblée nationale venant apporter à son gouvernement sa légitimité.

Entre temps, il est donc attendu sur la politique qu'il entend mener, notamment en matière de droit du travail, de finances publiques et de lutte contre le chômage. Une déclaration à laquelle il travaille depuis près d'un mois. Le discours sera lu au même moment au Sénat par le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb. « Un discours de la méthode, un discours politique d'exécution : ce qu'on va faire, comment on peut le faire et, ce qu'a déjà largement expliqué le président, pourquoi on va le faire », explique un proche du Premier ministre à l'Agence France-Presse.

L'objectif n'est pas d'arrêter « le calendrier mensuel de toutes les actions gouvernementales pour les cinq ans qui viennent », « mais va déterminer sujet par sujet ce qui est de notre responsabilité, y compris sur le redressement des comptes publics », décrypte le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner. Edouard Philippe se donne pour objectifs, selon son entourage à Matignon, de fixer des priorités : « Il crée un agenda, avec un calendrier, des chiffres et une méthode. Tout n'est pas arbitré au détail près, mais en matière budgétaire, il y aura quelques pistes. »

Fort d'une majorité absolue avec le groupe LREM, auquel il faut ajouter le Modem de François Bayrou, le gouvernement Philippe peut aller au vote de confiance sans la moindre crainte d'être renversé, ce mardi au palais Bourbon après les interventions des représentants des groupes. D'autant qu'il pourra compter sur la bienveillance d'un groupe parlementaire issu de la droite et qui souhaite se montrer « constructif » à l'égard de cette équipe, voire d'une poignée d'élus de gauche. Certains s'abstiendront, d'autres voteront peut-être la confiance.

Ce que l'on attendra du discours, c'est la feuille de route pour la mise en œuvre de ce projet présidentiel: comment il va mobiliser le gouvernement, comment le gouvernement va travailler avec les parlementaires

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.