Accéder au contenu principal
France

France: l'extension des vaccinations obligatoires sur enfants crée des remous

L'eurodéputée Europe écologie-Les Verts Michèle Rivasi (au centre), en compagnie du neurologue Jérôme Authier et de l'avocate Jacqueline Bergel en conférence de presse pour expliquer leur position sur les nouvelles vaccinations obligatoires.
L'eurodéputée Europe écologie-Les Verts Michèle Rivasi (au centre), en compagnie du neurologue Jérôme Authier et de l'avocate Jacqueline Bergel en conférence de presse pour expliquer leur position sur les nouvelles vaccinations obligatoires. FRANCOIS GUILLOT / AFP

Il y a quelques semaines, l’Italie décidait de rendre obligatoires un certain nombre de vaccins pour les enfants. Il y a quelques jours, la France lui a emboîté le pas: le gouvernement a annoncé que 11 vaccins seront obligatoires à partir de 2018, contre trois actuellement. Et comme en Italie, cette décision fait des remous dans l’hexagone. Les opposants craignent les risques d’effets secondaires et contestent le principe de l’obligation.

Publicité

A ce jour en France, trois vaccins sont obligatoires pour les enfants : contre la diphtérie, le tétanos et la polio. Dès l’an prochain, l’obligation va être étendue à huit autres vaccins, jusqu’alors seulement recommandés. Ils concernent notamment la rougeole, la coqueluche et l’hépatite B.

Les autorités veulent ainsi lutter contre la résurgence de maladies pouvant être graves. La rougeole a entraîné ainsi la mort de 10 personnes en France entre 2008 et 2012. Mais pour la députée européenne d’EELV Michèle Rivasi, qui vient de lancer une pétition, faire de la pédagogie auprès des parents est préférable à la coercition.

« Si on veut avoir une société mature, dit-elle, il ne faut pas infantiliser les personnes avec une mesure autoritaire. Il faut avoir des gens qui leur parlent, faire de la pédagogie, une bonne information, et leur dire les risques qu'ils prennent en ne faisant pas vacciner leurs enfants. »

« Sinon, ça veut dire qu'on est dans un système soviétique. Les gens n'ont pas le comportement que vous voulez ? Eh ben vous allez les obliger. Comment, en 2017, peut-on concevoir une société aussi autoritaire ? », s'interroge l'élue écologiste.

Mais pour les autorités sanitaires, il est trop tard pour faire de la pédagogie. Faire remonter la couverture vaccinale rapidement est impératif pour éviter les épidémies, et protéger ainsi toute la population.

→ Écouter sur RFI : Les vaccins (Conseil santé)

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.