Accéder au contenu principal
France

Quatre ans et demi de prison pour une fausse victime du 13-Novembre

Vue de la plaque commémorative à la mémoire des 90 victimes du Bataclan, à l'entrée de la salle de concert, le 13 novembre 2016. (Photo d'illustration)
Vue de la plaque commémorative à la mémoire des 90 victimes du Bataclan, à l'entrée de la salle de concert, le 13 novembre 2016. (Photo d'illustration) REUTERS/Benoit Tessier

En France, une onzième personne a été condamnée ce jeudi 22 mars pour escroquerie à l'indemnisation des attentats. Il s'agit d'une femme qui s'était fait passer pour une victime de l'attaque du Bataclan, le soir du 13 novembre 2015, et qui avait touché 25 000 euros d’indemnisations. Elle vient d'être condamnée à quatre ans et demi de prison ferme par le tribunal correctionnel de Créteil.

Publicité

Dans sa plainte aux policiers, la femme de 49 ans s'était déclarée victime de l'attaque du Bataclan. Elle racontait, entre autres, « les balles qui lui sifflaient aux oreilles » à l'intérieur de la salle de concert. Un récit qui n'était en réalité qu'un agrégat de tous les vrais témoignages qu'elle avait entendus pendant des mois.

Car l'affabulatrice avait rejoint, dès sa création en novembre 2015, l'association de victimes Life for Paris (LFP). D'abord bénévole, elle avait falsifié des justificatifs et était même allée jusqu'à reproduire une facture du concert, afin de se faire reconnaître comme victime. Un statut qui lui permettra, quelques mois après les attentats, d'obtenir 25 000 euros du fonds de garantie des victimes du terrorisme et plus de 13 000 euros de l'assurance-maladie.

Elle avait également été embauchée en contrat à durée déterminée pendant 9 mois par LFP… jusqu'à ce que plusieurs membres commencent à avoir des doutes sur la véracité de son histoire. Elle était notamment toujours dans la démesure lorsqu'elle racontait sa soirée au Bataclan.

Le tribunal de Créteil l'a condamnée à quatre ans et demi de prison ferme, une décision que LFP a de son côté saluée. « Escroquer la solidarité nationale et profiter de la souffrance des victimes de terrorisme, a fait savoir l’association sur sa page Facebook, […] sont des infamies que la justice a su aujourd'hui condamner fermement. »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.