Accéder au contenu principal
France

France: une balade gourmande au cimetière du Père-Lachaise choque des élus

Au cimetière du Père-Lachaise, à Paris (photo d'illustration, ici le 1er novembre 2016).
Au cimetière du Père-Lachaise, à Paris (photo d'illustration, ici le 1er novembre 2016). PHILIPPE LOPEZ / AFP

Le « printemps des cimetières » a été organisé samedi 26 mai à Paris. Un événement avec des ballades, des visites guidées et même des petits concerts dans les plus grands cimetières de la capitale. Parmi les événements les plus insolites mis en place par la mairie de Paris : une balade gourmande au Père-Lachaise, qui a choqué certains, notamment des élus.

Publicité

Avec un chapeau de paille et des collants aux motifs tête-de-mort, la guide Sévérine Maréchal attend les derniers arrivants pour commencer la balade gourmande au Père-Lachaise, le plus grand cimetière parisien. Ce samedi, c’est déjà la deuxième visite qu’elle anime.

« L’idée, c’était de faire partager notre passion pour la gastronomie et le patrimoine. Au cimetière du Père-Lachaise, vous avez énormément de personnalités qui ont un lien avec la gastronomie française. C’était vraiment pour montrer à quel point on peut parler au Père-Lachaise d’énormément de choses ayant trait à la culture. Et quoi de plus culturel et français que la gastronomie ? »

L’idée d’organiser des balades gourmandes ou des petits concerts dans les cimetières de la capitale a été critiquée par quelques élus parisiens parlant notamment « d’indécence ». Pourtant, pour Maya Duvigno, passionnée de pâtisserie venue assister à la balade gourmande, rien de choquant dans cet événement.

« C’est plutôt, même, de la culture. Il n’y a absolument rien d’indécent dans tout ça : on est là pour apprendre et je trouve ça hyper bien que la mairie de Paris organise ce genre de visite. »

Pour Pascal Julien, conseiller de Paris, le printemps des cimetières est une belle initiative, à condition de rester respectueux du lieu et des rites. « C’est une manière de faire vivre le cimetière. Et quand on chante "J’ai la mémoire qui flanche" sur la tombe de Jeanne Moreau, on rend hommage à Jeanne Moreau, on respecte le lieu et, franchement, il y a une émotion. C’est ça que je voulais voir et je l’ai vu. Donc, à l’année prochaine, j’espère. »

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.