Accéder au contenu principal
Attentats de Paris

Attentat du Bataclan: des familles de victimes demandent des comptes à l'Etat

Des jeunes allument des bougies en mémoire aux victimes des attaques du Bataclan, le 15 novembre 2015.
Des jeunes allument des bougies en mémoire aux victimes des attaques du Bataclan, le 15 novembre 2015. Reuters

Deux ans et demi après les attentats de Paris qui avaient fait 130 morts, plusieurs familles de victimes décédées au Bataclan portent plainte contre X pour non-assistance à personne en péril. Elles estiment que les 8 militaires de l'opération Sentinelle présents aux abords de la salle de spectacles quelques minutes après les terroristes auraient dû recevoir l'ordre d'intervenir.

Publicité

13 novembre 2015 : 8 militaires armés de leurs fusils d'assaut Famas restent pendant 2h20 devant le Bataclan sans intervenir. Pourtant, à l'intérieur, trois terroristes font 90 victimes.

Des faits déjà évoqués par la commission d'enquête après les attentats, révélant que les militaires auraient clairement reçu de leur hiérarchie l'ordre de ne pas intervenir en attendant les forces d'intervention rapide.

Une situation insupportable pour 17 familles qui ont décidé de porter plainte. « Il ne faut pas faire d'amalgame, ce n'est pas nos militaires que nous mettons en cause, mais ces cols blancs qui ont sciemment pris la décision de donner instruction de ne pas intervenir alors qu'ils étaient devant le Bataclan. Ces questions-là taraudent mes clients », souligne Me Samia Maktouf, avocate des parties civiles.

En cause à l'époque, la chaîne de commandement. Sur le territoire national, aucun militaire ne peut agir sans l'accord de la police qui aurait préféré gérer elle-même l'assaut du Bataclan.

Certains avocats n'hésitent pas à parler de guerre des polices. Mais depuis ces attentats, les règles d'engagement ont changé. Aujourd'hui, c'est la doctrine du premier arrivé, premier intervenant, qui prévaut.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.