Accéder au contenu principal
France / Qatar

Entre la France et le Qatar, «il n'y a plus de non-dits»

L'émir du Qatar Tamim al-Thani et le président français Emmanuel Macron à l'Elysée, le 6 juillet 2018.
L'émir du Qatar Tamim al-Thani et le président français Emmanuel Macron à l'Elysée, le 6 juillet 2018. Ian Langsdon/Pool via REUTERS

L'émir du Qatar Tamim ben Hamad al-Thani,al-Thani a été reçu ce vendredi 6 juillet à l'Elysée par le président français Emmanuel Macron, quelques mois après la visite de ce dernier à Doha. Les deux hommes ont affiché la proximité entre leurs deux pays.

Publicité

Pour la première fois, l'émir du Qatar a choisi de s'exprimer en français à l'issue de sa rencontre avec Emmanuel Macron. C'est donc dans la langue de Molière que Tamim al-Thani a répondu aux critiques visant son pays, souvent accusé de soutenir des mouvements fondamentalistes, voire terroristes. « Il y a beaucoup de choses qui circulent ici, en France, contre le Qatar. Mais tout le monde sait que beaucoup ne sont pas vraies. Je vous demande de prendre le temps de regarder ce que le Qatar fait pour la paix dans le monde et dans notre région », a déclaré l'émir.

Pour Emmanuel Macron, le Qatar a fait des efforts. Et on comprend dans les propos du président français que ces efforts étaient nécessaires et attendus. « Sur les sujets contentieux, sensibles, un travail a été fait ces derniers mois. Parce que nous nous sommes parlés de manière très directe. Et en matière de lutte contre le terrorisme et de clarification des sujets de financement, nous avons abordé les choses. Il n'y a plus de non-dits dans la relation entre la France et le Qatar, a affirmé Emmanuel Macron. Un travail a été fait avec des avancées concrètes et réelles. On a signé une feuille de route, elle est en train d'être appliquée et on l'améliore chaque jour. »

Pas d'accord sur l'acquisition de S-400, dit le Qatar

Le président français a réaffirmé son soutien aux efforts de médiation du Koweït pour tenter de mettre fin à la crise du Golfe qui oppose le Qatar à quatre pays arabes  (Arabie saoudite, Emirats Arabes Unis, Bahreïn et Egypte) qui le boycottent depuis juin 2017.

→ (RE)LIRE : Qatar, un an de crise dans le Golfe

L'émir Tamim al-Thani a déclaré que son pays n'avait pas pris de décision concernant l'achat d'un système anti-missiles russe S-400, un projet d'acquisition auquel s'oppose l'Arabie saoudite. Durant cette visite en France, l'Emir du Qatar s'est rendu à Mont-de-Marsan, où sont formés les pilotes des avions Rafale achetés à la France par le Qatar.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.