Accéder au contenu principal
France

France: des réacteurs nucléaires mis à l’arrêt en raison des fortes chaleurs

L'un des réacteurs de la centrale nucléaire de Bugey à Saint-Vulbas, près de Lyon, a été mis à l'arrêt.
L'un des réacteurs de la centrale nucléaire de Bugey à Saint-Vulbas, près de Lyon, a été mis à l'arrêt. Reuters/Robert Pattra

La canicule s'installe en France et le pays doit vivre avec, à l'image d'EDF et des centrales nucléaires. Quatre des réacteurs du parc français ont été mis à l'arrêt en raison des fortes chaleurs.

Publicité

Un réacteur de la centrale de Fessenheim, dans l'Est, deux dans celle de Bugey dans l'Ain et enfin un dernier à Saint-Alban dans l'Isère. Quatre des 58 réacteurs nucléaires français sont donc à l'arrêt à cause de la canicule.

Ce n'est pas tant qu'ils craignent la chaleur, c'est même le contraire, ce sont eux qui ont tendance à en ajouter. Certaines centrales sont en effet construites à proximité des fleuves dont elles utilisent l'eau pour refroidir les installations.

En conséquence, elles ont tendance à faire augmenter la température des cours d'eaux aux bords desquels elles se trouvent.

Pour éviter la surchauffe, EDF doit donc faire attention à ne pas dépasser certains seuils : 28° par exemple, c'est la limite à ne pas dépasser dans le Grand canal d'Alsace qui sert à refroidir la centrale de Fessenheim. On s'en approche d'où l'arrêt d'un réacteur, et le ralentissement d'un second.

Pas de conséquences notables sur la production

Au niveau de la production d'électricité, il faut rappeler que le parc nucléaire français en fournit les trois quarts et il n'y aura pas de conséquences notables.

La demande en août est bien en dessous de la moyenne annuelle en raison des congés et de la baisse de l'activité économique qu'ils entrainent.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.