Accéder au contenu principal
France / Justice

Après 18 mois à Raqqa, un père et son fils jugés à Paris

Le palais de justice de Paris.
Le palais de justice de Paris. Wikimedia Commons / Nitot

A Paris, le tribunal correctionnel se penche depuis ce jeudi après-midi sur le cas d’un père et son fils aîné arrêtés à la frontière turco-syrienne en 2015 sur le chemin du retour en France, après 18 mois passés à Raqqa.

Publicité

Lotfi Souli, 50 ans, est un scientifique visiblement brillant. Titulaire d'un doctorat, c'est un spécialiste en télécommunications. Mais c'est un bien piètre menteur. Depuis le box des prévenus, il envahit le tribunal avec sa logorrhée. Difficile de suivre le fil.

Il n'a pas voulu se rendre en Syrie, il passait avec ses deux fils des vacances en Turquie, explique-t-il. On l'a invité de l'autre côté de la frontière à bord d'un pick-up roulant à 180 km/h. C'est ainsi, poursui Lotfi Souli, qu'il s'est retrouvé en quelques minutes à Raqqa contre son gré. « J'étais complètement sidéré », affirme-t-il avec sérieux. « Quelle abnégation », lui répond avec ironie la présidente.

Mais l'homme poursuit : « Je ne pouvais plus sortir, j'ai accepté une invitation à la con ». « Prêtez-vous allégeance à l'Etat islamique ? », l'interroge le tribunal. « Non », répond-t-il avec aplomb. « Quand on a les compétences que vous avez dans un secteur aussi sensible que les télécommunications, on n'occupe pas un petit poste », tranche la présidente qui note qu'à Raqqa il était un émir. « Je n'ai donné d'ordres qu'à des petites mains, des Syriens », rétorque, alors glaçant, le prévenu.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.