Accéder au contenu principal
France / Santé

La France expérimentera le cannabis thérapeutique dès 2019

La France expérimentera l'usage du cannabis thérapeutique dès 2019 (photo d'illustration).
La France expérimentera l'usage du cannabis thérapeutique dès 2019 (photo d'illustration). Lars Hagberg / AFP

L’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a jugé « pertinent » d’autoriser l’usage de cette plante pour les patients « dans certaines situations cliniques » et « en cas de soulagement insuffisant ou d’une mauvaise tolérance des thérapeutiques, médicamenteuses ou non ». Un comité d’experts avait donné son feu vert le 13 décembre 2018 à cet usage.

Publicité

L’usage du cannabis, version thérapeutique, sera très encadré. Pas question de fumer un joint parce qu'au-delà de la mauvaise image de la fumette, la combustion tout comme pour le tabac comporte des risques cancérigènes pour la santé. Les experts devront définir la dose et comment administrer ce cocktail de molécules. Par exemple grâce à un spray, par inhalation, par gélule, par des gouttes ou suppositoires voire même grâce à des huiles. D'autres pistes sont aussi envisagées, par voie sublinguale comme pour les granules homéopathiques ou encore à travers la pose d’un patch.

Il est également indispensable de tenir un registre afin d’évaluer ses bienfaits mais peut-être aussi ses risques. De plus, les endroits qualifiés pour le distribuer et par qui devront également être définis, soit par des médecins généralistes ou des spécialistes. Enfin, les experts devront établir un prix et dans quelles conditions il peut être remboursé par la sécurité sociale. Certains utilisateurs évoquent une centaine d’euros mensuels.

Sans oublier les lieux autorisés pour faire pousser cette plante car si certains la produisent déjà illégalement dans leur jardin pour leur consommation propre, cette mesure gouvernementale en direction de la légalisation du cannabis va réclamer une culture largement plus importante. Aujourd’hui entre 300 000 et un million de personnes pourraient en bénéficier.

Une consommation qui existe déjà

Certains patients en consomment déjà mais sont hors-la-loi. Il y a aussi ceux qui se fournissent là où la consommation est autorisée comme en Suisse. Les témoignages montrent une nette amélioration chez les malades notamment en ce qui concerne la sclérose en plaque, par exemple, une pathologie très douloureuse comme de fortes céphalées et douleurs musculaires.

Les thérapies médicamenteuses produisent de nombreux effets indésirables d’un point de vue gastrique, hépatique et rénal. C'est pourquoi ce choix du cannabis est apparu aux yeux de certains comme indispensable. À cela s'ajoute les problèmes des maladies que la Marijuana peut apaiser sans aucune aide de médicaments dits « classiques .» Dans ce contexte l’encadrement et la réglementation seront indispensables en accompagnant les bénéficiaires et donc mieux les identifier rappelle les experts de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé.

Prendre exemple sur les autres pays

La Suisse n'est pas le seul pays à autoriser l'usage médical du cannabis. Plusieurs États américains l'autorisent mais aussi le Canada où la vente thérapeutique est légale depuis 2001. Ainsi qu’une vingtaine en Europe, la Croatie, la Norvège, Israël mais encore la Turquie.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.