Accéder au contenu principal
G7 / Migrations internationales

La lutte contre le trafic de migrants au cœur du G7 des ministres de l’Intérieur

Le ministre français de l'Intérieur Christophe Castaner entouré de ses homologues du G7 lors d'une conférence de presse, ce jeudi, à Paris.
Le ministre français de l'Intérieur Christophe Castaner entouré de ses homologues du G7 lors d'une conférence de presse, ce jeudi, à Paris. REUTERS/Charles Platiau

Le G7 des ministres de l’Intérieur s'est terminé ce vendredi 5 avril. Tous ont pris part aux « engagements de Paris ». Durant cette rencontre, plusieurs thématiques ont été évoquées par Christophe Castaner et ses homologues britannique, canadien, allemand, italien, américain et japonais, notamment la lutte contre le trafic de migrants. 

Publicité

En compagnie de Mohamed Bazoum, le ministre nigérien de l’Intérieur et d’Ousséni Compaoré, son homologue burkinabè, les ministres de l’Intérieur du G7 ont mis au point plusieurs mesures pour lutter contre le trafic de migrants.

Parmi elles, le soutien aux gardes-côtes. Les pays membres du G7 se sont engagés à renforcer les capacités de sauvetage en mer des gardes-côtes des pays d’origine ou de transit.

L’objectif est clair : intercepter des embarcations impliquées dans des trafics de migrantset donc de sauver des vies.

Accord de réadmission

Une autre mesure forte a été évoquée par les ministres de l’Intérieur du G7. Il s’agit d’un accord de réadmission des migrants dans leur pays d’origine, afin de les dissuader de s’engager avec des passeurs.

Les participants du G7 comptent ainsi améliorer et intensifier cette possibilité en essayant de travailler main dans la main avec les pays dont sont originaires les migrants.

Pour les ministres de l’Intérieur du G7, il faut que cette mesure soit appuyée par un renforcement d’une coopération policière et judiciaire de chaque pays. Le trafic de migrants est une activité économique lucrative, en 2016, près de 7 milliards d’euros de profits ont été générés.

« Les ONG complices des passeurs »

En marge du G7 des ministres de l'Intérieur, Christophe Castaner a estimé que les ONG en charge de secourir les migrants peuvent être complices des passeurs.

On a observé que certains navires d’ONG étaient ainsi en contact téléphonique direct avec des passeurs qui facilitaient le départ des migrants depuis les côtes libyennes dans des conditions effroyables, souvent au péril de leur vie.

Christophe Castaner, ministre français de l'Intérieur

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.