Accéder au contenu principal
France

Les «gilets jaunes» se réunissent pour une «Assemblée des assemblées»

Les «gilets jaunes» réunis en «Assemblée des assemblées», le 5 avril 2019 à Saint-Nazaire (France).
Les «gilets jaunes» réunis en «Assemblée des assemblées», le 5 avril 2019 à Saint-Nazaire (France). LOIC VENANCE / AFP

Les « gilets jaunes » sont réunis en Assemblée générale tout le week-end à Saint-Nazaire, dans l’ouest de la France. 800 d’entre eux, venus de tout le pays, se sont retrouvés dès vendredi après-midi. Au menu des discussions : les revendications et l’avenir du mouvement.

Publicité

Avec notre envoyé spécial à Saint-Nazaire, Alexis Bédu

Réunis en petits groupes, les « gilets jaunes » discutent, débattent pour l’Assemblée générale de Saint-Nazaire. Jean-Luc a traversé la France depuis sa Savoie natale. Selon lui, ce week-end a un objectif principal : « se rassembler avec toutes les assemblées populaires, travailler ensemble, discuter, voir ce qu’on a fait, les uns et les autres. Et, à partir de là, essayer d’avoir des structurations, des propositions, des revendications communes. Tout ça se passe dans une idée, qui est la démocratie directe. »

« Pour moi, l’Assemblée des assemblées, ce n’est pas un organe décisionnel, explique Laurence,organisatrice du week-end, mais c’est vraiment un outil pour permettre aux groupes gilets jaunes d’échanger des informations, de voir ce qui a marché, ce qui n’a pas marché… [...] Je suis extrêmement contente d’être à l’intérieur du mouvement "gilets jaunes, de le vivre. J’attends de voir ce qui va se passer, je suis vraiment optimiste. Ça va perdurer dans le temps. »

Continuer à tout prix

Pour Sandra, venue d’Auxerre, il n’y a pas que les manifestations pour faire entendre la voix des « gilets jaunes ». « Il ne faut pas réduire le mouvement des gilets jaunes aux marches du samedi. On fait des blocages économiques en semaine. On espère qu’avec toutes les convergences qui sont appelées pour le mois de mai, on va grossir le mouvement. On a besoin d’avoir des lieux où les gens peuvent nous trouver. »

Michel Bonhomme, gilet jaune bourguignon rappelle le mot d’ordre de ce week-end : « Continuer, continuer de se battre, car nous voulons aller au bout, jusqu'au bout. Le bout, c’est toutes les revendications : le SMIC, l’augmentation des retraites, enlever l’ISF, car le peuple a vraiment faim. Quand on voit tout ce monde qui est ici, présent, il faut continuer. »

►À lire aussi : Gilets jaunes, portraits d'une France en colère

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.