Accéder au contenu principal
France

France: les signataires du «pacte social et écologique» s'impatientent

À Paris, des jeunes défilent lors la seconde grève mondiale pour le climat, en mai 2019.
À Paris, des jeunes défilent lors la seconde grève mondiale pour le climat, en mai 2019. AFP PHOTO/Alain JOCARD

Le 5 mars dernier, Nicolas Hulot, ancien ministre de l’Écologie, et Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, ont rendu public leur « pacte social et écologique ». Cosigné depuis par 43 associations et syndicats, il présentait une série de 66 mesures pour faire face à la crise, mise en évidence par le mouvement des « gilets jaunes ». Trois mois après son lancement, les signataires du document ont tenu une conférence de presse lundi 17 juin.

Publicité

Il y a trois mois, leur pacte appelait à un sursaut politique pour ne plus dissocier écologie et social. Aujourd’hui, ses signataires s’impatientent.

« Les signataires de ce pacte veulent qu’on passe à la vitesse supérieure, a insisté Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT. Le projet de loi de finances va être mis en discussion. C’est là où on peut faire les grands choix budgétaires pour le pays. Il y a un certain nombre de dépenses qui ne sont pas des forces d’investissement. Et dans la transition écologique, si l’on veut investir, il faut s’en donner les moyens, et c’est pareil dans la lutte contre la pauvreté et la lutte contre les inégalités. »

Contre les passoires énergétiques

L’investissement massif est notamment indispensable pour mettre en œuvre la rénovation thermique des logements. C’est l’une des mesures emblématiques du pacte qui, selon Christophe Robert de la Fondation Abbé Pierre, est aussi l’une des plus urgentes à prendre.

« L’intervention pour lutter contre les 7 millions de "passoires thermiques" que compte notre pays est vraiment à l’image du pacte, c’est-à-dire que, en intervenant sur ces "passoires thermiques", on va pouvoir redonner du pouvoir d’achat aux ménages qui vont moins dépenser en charge, on va pouvoir créer du développement économique dans le secteur du bâtiment, et on va préserver la planète parce que le bâtiment est un des premiers émetteurs de gaz à effet de serre. Donc il faut mettre les bouchées doubles pour pouvoir aller dans ce sens. »

À la rentrée, les signataires du pacte prévoient de faire un tour de France pour discuter de leurs propositions avec des élus locaux et citoyens.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.