Accéder au contenu principal
France

France: trois plaintes contre la police à Saint-Ouen

La CSI 93, la Compagnie de Sécurisation et d'Intervention de Seine-Saint-Denis, est mise en cause après une plainte déposée ce 14 août (photo d'illustration).
La CSI 93, la Compagnie de Sécurisation et d'Intervention de Seine-Saint-Denis, est mise en cause après une plainte déposée ce 14 août (photo d'illustration). Christophe SIMON / AFP

À Saint-Ouen, au nord de Paris, une unité de police est mise en cause après la diffusion d'une vidéo montrant un fonctionnaire frapper un jeune homme. Mercredi 14 août, ce dernier a porté plainte pour « torture et acte de barbarie ». C'est la troisième fois en quelques semaines qu'une plainte est déposée contre cette unité.

Publicité

C'est à chaque fois la CSI 93, la Compagnie de sécurisation et d'intervention de Seine-Saint-Denis, qui est mise en cause. La dernière affaire en date remonte au vendredi 9 août. Un jeune homme de 20 ans, interpellé pour trafic de drogue, est frappé au visage par un policier en civil.

Dans sa plainte pour torture et actes de barbarie déposée ce mercredi 14 août, il accuse aussi les policiers de lui avoir donné plusieurs coups de pistolet à impulsion électrique sur ses organes génitaux alors qu'il se trouvait dans le fourgon de police qui le conduisait au commissariat de Saint-Ouen.

L’IGPN est saisie

Le jeune homme s'est vu prescrire trois jours d'incapacité totale de travail. L'IGPN, la police des polices, s'est saisie de l'affaire. La CSI 93 fait aussi l'objet d'une autre enquête dans une deuxième affaire survenue le même jour.

Cette fois ce sont deux jeunes qui accusent les forces de l'ordre de les avoir amenés dans un hall pour les frapper, mais un policier a également porté plainte contre ces jeunes pour violences volontaires. Enfin, la troisième enquête porte sur des faits survenus fin mai dernier. Un policier aurait jeté de la drogue aux pieds d'un jeune qui refusait de se faire contrôler. Là encore, l'IGPN a été saisie.

►À lire aussi: Le Défenseur des droits dénonce les délits de faciès de la police parisienne

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.