Accéder au contenu principal
France / Retraites

Réforme des retraites: les professions libérales appellent à manifester

Jean-Paul Delevoye (d) remet le rapport de sa commission sur la réforme des retraites au Premier ministre Édouard Philippe à l'hôtel Matignon, à Paris, le 18 juillet 2019.
Jean-Paul Delevoye (d) remet le rapport de sa commission sur la réforme des retraites au Premier ministre Édouard Philippe à l'hôtel Matignon, à Paris, le 18 juillet 2019. Kenzo TRIBOUILLARD / AFP

Plusieurs professions libérales, ainsi que les personnels navigants de compagnie aérienne, appellent à manifester ce lundi 16 septembre pour défendre leur régimes de retraites autonomes.

Publicité

À l’appel du collectif SOS Retraite, avocats, médecins, infirmières, kinésithérapeutes, orthophonistes et podologues, mais aussi pilotes, hôtesses et stewards sont appelés à manifester à Paris ce lundi 16 septembre pour défendre les régimes de retraites autonomes dont ils dépendent.

« Les avocats comme les professions libérales dans leur ensemble bénéficient de ce qui s’appelle un régime autonome, qu’il ne faut pas confondre avec les régimes spéciaux, explique Xavier Autain, l’un des initiateurs du collectif SOS Retraite. Depuis 1954, les avocats ont leur propre régime totalement autonome puisque nous ne le partageons pas avec d’autres métiers cela nous permet d’avoir notre propre caisse à nous. »

Des régimes autonomes bien gérés

« Cela nous permet d’avoir un petit trésor de guerre parce que cela a été bien géré et parce que l’on a un rapport actif/retraité qui est en notre faveur, poursuit l'avocat. Et de servir une cotisation retraite de base supérieur à celle du régime général. »

Pour autant, les avocats contestent tout manque de solidarité avec le reste de la population. « Notre régime verse annuellement 80 à 90 millions d’euros au régime général, donc il y a de la solidarité, insiste Xavier Autain. On ne comprend pas bien pourquoi on veut nous mettre dans le régime général. »

Même son de cloche du côté des pilotes de ligne et des personnels navigants qui disposent eux aussi d’un régime autonome. « Nous demandons au gouvernement de conserver un régime légal et obligatoire pour les personnels navigants, soutient Yves Deshayes, le président du SNPL, le syndicat des pilotes. Ce régime légal à des raisons d’exister sur nos particularités d’âge de départ à la retraite ou particularités d’assurances en cas d’accident aérien. C’est surtout un régime qui fonctionne, qui existe depuis 70 ans et qui n’a jamais rien coûté au contribuable. »

Pas question de reverser des cotisations au régime général

Pour les personnels navigants, pas question donc de reverser leurs cotisations dans le régime général. Selon Yves Deshayes, ces cotisations doivent avant tout bénéficier à ceux qui les ont payées. « Nous souhaitons que les réserves de notre régime complémentaires qui s’élèvent à cinq milliards d'euros profitent aux gens qui les ont constituées et nous ne souhaitons pas que ces réserves soient reversées dans un budget général. »

Alors que la réforme des retraites voulues par Macron, a déjà déclenché une grève d’ampleur à la RATP vendredi 13 septembre, ce sont désormais les professions libérales qui semblent prêtent à donner de la voix. Preuve que cette réforme est fraîchement accueillie par une frange très large des différentes professions.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.