Accéder au contenu principal
France / Retraites

Retraites: avocats, médecins et pilotes veulent conserver leur régime autonome

Des avocats et d'autres professions libérales manifestaient ce lundi 16 septembre à Paris pour conserver leur régime de retraite autonome.
Des avocats et d'autres professions libérales manifestaient ce lundi 16 septembre à Paris pour conserver leur régime de retraite autonome. REUTERS/Charles Platiau

Opposés au futur « système universel » de retraites voulu par le gouvernement, les avocats ont défilé en masse ce lundi 16 septembre à Paris, accompagnés de professionnels du soin et du transport aérien, soucieux comme eux de conserver leurs « régimes autonomes ».

Publicité

Selon les organisateurs, 20 000 manifestants, essentiellement des robes noires, mais aussi quelques bataillons de blouses blanches et pilotes en uniforme, ont défilé ce lundi 16 septembre à Paris à l'appel du Conseil national des barreaux (CNB), rejoint par d'autres organisations professionnelles au sein du collectif SOS Retraites.

Cette réforme prévoit un doublement des cotisations pour la première tranche, ce qui correspond à un peu plus de 50% de la profession et qui donc va augmenter substantiellement les cotisations qui devront être versées par les avocats.

Parti d'Opéra peu après 14h en direction de Nation, le cortège, parsemé de pancartes clamant « une retraite, pas la traite » ou encore « retraite plus chère, justice précaire », s'est finalement dispersé à Bastille, la forte affluence ayant entraîné du retard dans le déroulé du parcours autorisé, d'après les organisateurs.

Des régimes autonomes

« Nous ne sommes pas des régimes spéciaux, nos caisses sont bénéficiaires et nous entendons les garder », a clamé le Dr Jérôme Marty, président de l'Union française pour une médecine libre (UFML), différenciant les caisses de retraites des indépendants de celles de la SNCF, de la RATP et des industries électriques et gazières, déficitaires et renflouées chaque année par l'État.

La réforme telle qu'elle est faite supprime tout simplement notre CRPN, la caisse de retraite du personnel navigant, sur laquelle aucun contribuable, ni même l'État, n'a mis un seul euro. Le régime universel est en fait l'occasion pour l'État de tout simplement prendre toutes les réserves qu'il y a au niveau de la CRPN, à savoir à peu près cinq milliards d'euros, et nous mettre dans un régime universel qui nous fera travailler, stewards et hôtesses de l'air, jusqu'à 64 ans.

Dans leur ligne de mire, le futur « système universel » préconisé par le haut-commissaire aux retraites Jean-Paul Delevoye, qui se traduira notamment par une forte hausse des cotisations des indépendants. « Si on double mes cotisations, que va-t-il me rester de mes 50 heures de boulot par semaine ? », s'est interrogée Béatrice, dentiste de 52 ans.

► À relire : Réforme des retraites: les professions libérales appellent à manifester

Les manifestants redoutent aussi le transfert des réserves financières de leurs caisses, condamnées à disparaître, qui vont de deux milliards d'euros pour les avocats à sept milliards pour les médecins.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.