Accéder au contenu principal
France

France: 6e journée de grève contre la réforme des retraites, transports perturbés

Les transports publics étaient très perturbés ce mardi 10 décembre en France, au sixième jour de grève contre la réforme des retraites.
Les transports publics étaient très perturbés ce mardi 10 décembre en France, au sixième jour de grève contre la réforme des retraites. REUTERS/Eric Gaillard

Plus de 400 kilomètres de bouchons ce mardi matin 10 décembre en Île-de-France et des transports toujours paralysés. Le mouvement contre la réforme des retraites se poursuit avec une journée de grève interprofessionnelle. À la vieille de l'annonce du détail de la réforme par Édouard Philippe, les syndicats veulent mettre la pression sur le gouvernement.

Publicité

Le Premier ministre doit présenter ce mercredi 11 décembre les contours précis du projet de réforme des retraites. À la veille de ce grand rendez-vous avec les Français, les opposants à la réforme restent mobilisés ce mardi. Au sixième jour de grève, ils espèrent rassembler largement pour montrer leur détermination au gouvernement.

Grève des contrôleurs aériens oblige, Air France a dû annuler 25 % des vols intérieurs et 10 % des moyen-courrier. A la SNCF, 20 % des TGV roulent. L'accueil des enfants dans les écoles et les crèches s'annoncent également perturbé. Selon la CGT, sept des huit raffineries françaises sont bloquées et des grèves ont été enclenchées sur des sites de production d'électricité. Et d'après l'AFP, à Marseille, des dockers en grève bloquent deux portes d'accès au Grand port maritime.

Pas simple d'aller travailler en Île-de-France

Les premiers concernés par les grèves sont les Franciliens. Neuf lignes de métro sont fermées et seul un quart des bus circulent. Les déplacements en train ou en transport en commun restent donc difficiles avec des scènes de bousculades et de grosses difficultés dans le RER et les trains de banlieue, notamment aux heures de pointe.

Ce qui a compliqué la tâche de voyageurs comme Luc, rencontré ce matin par RFI. Il doit rejoindre la banlieue nord et la banlieue sud de Paris, avec trois RER différents. Il va sûrement, encore, devoir rentrer chez lui aujourd’hui.

Malika, elle, qui vient de la banlieue nord, doit rejoindre La Défense, dans l’ouest de Paris. Elle a décidé d’opter pour le RER, confie-t-elle au micro de RFI, car ce lundi, quand elle a essayé d’y aller en bus, elle a mis trois heures à l’aller comme au retour. Elle est beaucoup plus optimiste aujourd’hui.

Le trafic en bus s’est légèrement amélioré, malgré le blocage des dépôts par les grévistes. Mélanie et Fabien, privés de métro depuis jeudi dernier, assurent à RFI ne pas être en colère contre les cheminots. Mais ils ne valident pas la méthode.

Ça bloque tout le monde pour aller au travail et là ça nous fait perdre aussi des sous. Donc si on n’y va pas, soit vous posez une RTT, mais quand on n’en n'a pas, il faut bien y aller…

Autres usagers des transports en commun, Axel, Mathilde et François galèrent aussi pour aller au travail. Mais ils soutiennent les cheminots grévistes : « Non, non, je ne leur en veux pas, parce que moi, je suis jeune et ça me concerne aussi. Je les comprends, ils ont tout à fait raison. »

Nouvelle journée de mobilisation envisagée

La manifestation prévue ce 10 décembre partira à 13h30 des Invalides pour se rendre à Denfert-Rochereau. Les syndicats CGT, FO, FSU, Solidaires et plusieurs organisations de jeunesse espèrent faire une démonstration de force. Les cheminots, en première ligne contre la réforme des retraites, souhaiteraient que les autres professions se mobilisent avec eux. C'est également l'avis de Michel Beaugas, de Force ouvrière; très déterminé contre la réforme. Il encourage tous les salariés français à se mobiliser car « ce n'est pas simplement les régimes spéciaux qui sont en cause mais le régime général et le code de pension des fonctionnaires. Donc 18 millions de salariés et 6 millions de fonctionnaires sont concernés et verront à terme leur retraite baisser. »

Les internes en médecine sont appelés à la grève illimitée à partir d'aujourd'hui
pour dénoncer le manque de moyens alloués à l'hopital public. Pierre Olivier pour RFI a rencontré a rencontré un infirmier de 25 ans devant l'hopital St Antoine, dans l'est parisien.

Dans le service aujourd'hui tous les internes sont absents car ils sont à la manifestation donc il n'y a que les seniors et les externes. Cela s'ajoute au manque d'effectifs qui existe déjà...On est un peu désarmés car on doit aller de plus en plus vite avec moins de matériel, moins de personnel. Donc la prise en charge est de plus en plus compliquée pour les patients.

Déterminée à mener à la réforme, la députée LREM, Olivia Grégoire, assure que la majorité sera attentive à l'ampleur de la mobilisation, mais refuse de se dire inquiète. Elle se dit «attentive», «à l'écoute» et espère que les précisions de Jean-Michel Blanquer à l'égard des enseignants ont pu rassurer. Elle espère que « la mobilisation va baisser » et se dit «vigilante» à la teneur des revendications et à l'ampleur de la mobilisation.

L'intersyndicale se réunit ce mardi soir pour décider de la suite à donner au mouvement. D'ores et déjà, une nouvelle journée d'action est envisagée jeudi 12 décembre.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.