Accéder au contenu principal
France

Voeux 2020: Emmanuel Macron entend «mener la réforme des retraites à son terme»

Le président français Emmanuel Macron.
Le président français Emmanuel Macron. Élysée

Emmanuel Macron a défendu, lors de ses voeux aux Français mardi 31 décembre, son projet de système de retraite universel qu'il entend « mener à son terme » tout en souhaitant « la voie d'un compromis rapide » négocié entre le gouvernement et les syndicats. « Je crois en notre capacité à bâtir la France en commun », a assuré le président de la République.

Publicité

♦ RETRAITES

Emmanuel Macron a profité de ces vœux pour réaffirmer ses convictions sur la manière dont il convient de faire évoluer la France. Et d’abord, en menant la réforme des retraites jusqu’à son terme. La contestation et la grève n’ont donc en rien infléchi la volonté présidentielle. « Je mesure combien les décisions prises peuvent heurter et susciter des craintes et des oppositions », a reconnu Emmanuel Macron lors de ses vœux aux Français depuis l'Élysée. « Faut-il pour autant renoncer à changer notre pays, notre quotidien ? Non. Car ce serait abandonner ceux que le système a déjà abandonnés, ce serait trahir nos enfants, leurs enfants après eux, qui, alors, auraient à payer le prix de nos renoncements. C'est pour cela que la réforme des retraites sera menée à son terme, parce qu'il s'agit d'un projet de justice et de progrès social », a-t-il ajouté.

Le président français a assuré que la réforme contestée des retraites prendra « en compte les tâches difficiles » pour pouvoir « partir plus tôt ». « Nous prendrons en compte les tâches difficiles pour permettre à ceux qui les exercent de partir plus tôt sans que cela soit lié à un statut ou à une entreprise », a déclaré le chef de l'État, qui avait prévenu début octobre qu'il « n'ador(ait) pas le mot de "pénibilité". »

Emmanuel Macron a également demandé au gouvernement de « trouver un  compromis rapide » sur la réforme des retraites avec les organisations syndicales « qui le veulent », alors que la grève dure depuis déjà vingt-sept jours. « Avec les organisations syndicales qui le veulent, j'attends du gouvernement d'Édouard Philippe qu'il trouve la voie d'un compromis rapide » sur ce projet, « dans le respect des principes » que le chef de l'État a énuméré, notamment « plus d'équité ».

Autrement dit, son Premier ministre doit trouver le chemin d’une sortie de crise après presque un mois de grève. Le président donne le cap, le Premier ministre exécute, et les syndicats sont placés face à leurs responsabilités. Emmanuel Macron reste dans sa posture en « surplomb », qui est censée caractériser l’acte II de son quinquennat.

♦ UNITÉ NATIONALE

Emmanuel Macron a affirmé qu'il prendrait « dans les prochaines semaines » de « nouvelles décisions » contre « les forces qui minent l'unité nationale », dans une allusion au communautarisme. « Je vois trop de divisions au nom des origines, des religions, des intérêts », a affirmé le chef de l'État, qui a assuré vouloir « lutter avec détermination contre les forces qui minent l'unité nationale », car « 2020 doit ouvrir la décennie de l'unité retrouvée de la nation ». « L'État et les services publics ont un rôle essentiel pour renforcer cette unité française », a ajouté M. Macron, alors que de vives polémiques sur la laïcité et le port du voile ont de nouveau secoué en 2019 les partis politiques et divisé le gouvernement. « Je sais en la matière pouvoir compter sur tous les élus », a-t-il ajouté, en adressant « une pensée chaleureuse pour les maires de France » qui sont « les piliers de la République, du quotidien, des territoires ».

♦ BREXIT et EUROPE

Emmanuel Macron a promis de maintenir entre la France et le Royaume-Uni une « relation saine » après le Brexit. Le président a appelé à la construction « d'une Europe souveraine sur le plan de la défense, de la sécurité, du climat, du numérique », jugeant qu'« une Europe fière de son modèle démocratique alliant liberté et solidarité sera tout à la fois notre bouclier et notre porte-voix ». « À cet égard, la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne est une épreuve. J'oeuvrerai pour maintenir entre nos deux pays une relation saine », a-t-il assuré.


► Réactions politiques aux vœux d'Emmanuel Macron

- Gilles Legendre, chef de file des députés LaREM, sur Twitter :
« Les députés @LaREM_AN seront avec @EmmanuelMacron les bâtisseurs de cette "France en commun" de la décennie 2020, conciliant audace de la transformation et vertu du dialogue. Avec le #gouvernement ils seront les artisans du compromis sur les #Retraites souhaité par le Président ».

- Marine Le Pen, présidente du Rassemblement national, sur Twitter :
« Une fois de plus... rien. MLP #vœuxMacron2020 ».

- Éric Coquerel, député France insoumise, sur RFI :
« Il parle des opposants à sa réforme et estime que ce sont des peureux et angoissés. Ça me rappelle les mots très durs qu'il avait eus il y a un an sur les "gilets jaunes". Il en parle aujourd'hui comme une colère. C'était pas le cas, il y a un an. Il a soit un discours méprisant, soit un discours insultant ».

- Julien Bayou, secrétaire national d'Europe Écologie Les Verts, sur Twitter :
« #Macron se voit marquer les 1 000 prochaines années. En attendant, il réussit la prouesse de tenir 17 longues minutes sans un mot de concret. Ni sur les #Retraites ni sur l'écologie ».

- Luc Carvounas, député PS du Val-de-Marne, sur Twitter :
« Pour la première fois dans l'exercice des vœux d'un chef de l'État sous la Ve République #Macron a décidé les yeux dans les yeux d'entamer un long bras de fer avec les Français #Retraite. Son discours se voulait apaisant...ce soir nos compatriotes seront plus que jamais inquiets ».

- Fabien Roussel, numéro un du PCF, sur RFI :
« Le président Macron fait le choix du bras de fer. Il fait le choix de poursuivre sa réforme qui est rejetée majoritairement par les Français. Il parle de l'"esprit français", mais ce que je constate, c'est que, pour lui, l'esprit français, c'est la division et braquer une partie des Français contre une autre partie ».

- Nicolas Dupont-Aignan, député Debout la France de l'Essonne, sur Twitter :
« E. Macron a prononcé les vœux les plus autosatisfaits et hypocrites jamais entendus ! Il ose parler de justice sociale alors qu'il veut démolir notre système de retraite. Il ose parler d'unité nationale alors qu'il ne cesse de monter les Français les uns contre les autres ! »

Voeux 2020 aux Français - Édition spéciale sur RFI

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.