Accéder au contenu principal
France / Terrorisme

Radicalisation: Matignon renforce la sécurité des services de renseignement

Plus de trois mois après la tuerie de la préfecture de police, Matignon a décidé de durcir le contrôle sur les agents des services de renseignement.
Plus de trois mois après la tuerie de la préfecture de police, Matignon a décidé de durcir le contrôle sur les agents des services de renseignement. Martin BUREAU / AFP

Comment renforcer la sécurité des services de renseignement ? La question s'était révélée cruciale au lendemain de l'attentat commis par un informaticien de la direction du renseignement à la préfecture de police de Paris. Deux enquêtes avaient alors été confiées à l'inspection des services de renseignement (ISR) qui vient de rendre ses conclusions.

Publicité

Pour l'inspection des services de renseignement, il existe des faiblesses dans l'application des dispositifs appliqués jusqu'ici.

Ainsi, les procédures de détection des comportements à risque ou des fragilités chez certains agents ne sont pas les mêmes dans les différents services. De même des agents publics ont pu se trouver affectés à un service de renseignement alors même que les procédures d'habilitation n'étaient pas terminées, notamment celles liées au secret-défense.

À lire aussi : Tuerie à la préfecture de police de Paris: le profil de l’assaillant se précise

Des conclusions qui ont fait réagir les services du Premier ministre qui annoncent ce mardi soir une série de mesures : désormais les cas de radicalisation au sein des forces de sécurité intérieures font l'objet d'un suivi centralisé et renforcé.

La formation des personnels sur ce que l'on appelle les « signaux faibles » de radicalisation sont obligatoires. Surtout en matière de recrutement, Matignon souligne l'instauration du principe d'habilitation préalable au secret-défense à toute prise de fonction au sein d'un service de renseignement. Une habilitation obtenue après une enquête minutieuse.

Depuis 2014, date d'entrée en fonction de l'inspection, 16 personnes ont été écartées des services de renseignement. Aucune depuis l'attentat du 3 octobre dernier à la préfecture de police de Paris.

À lire aussi : Radicalisation dans les services publics français: «pas de panique, pas de déni»

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.