Accéder au contenu principal
France/Israël/Palestine

Macron en voyage officiel en Israël et dans les Territoires palestiniens

Le président français Emmanuel Macron (image d'illustration).
Le président français Emmanuel Macron (image d'illustration). Christophe ARCHAMBAULT / AFP

Emmanuel Macron commence ce mercredi matin 22 janvier son premier voyage officiel en Israël et dans les Territoires palestiniens depuis son élection à la présidence de la République. Il répond ainsi à l’invitation des autorités israéliennes pour la commémoration des 75 ans de la libération du camp d’Auschwitz-Birkenau, organisée jeudi au mémorial de Yad Vachem. C’est aussi pour le chef de l’État français l’occasion de faire passer des messages dans le domaine de la lutte contre l’antisémitisme en France.

Publicité

Avec notre envoyée spéciale à Jérusalem, Valérie Gas

La mémoire est au cœur du déplacement d’Emmanuel Macron qui va s’exprimer demain au mémorial de Yad Vachem. C’est le temps fort de sa visite.

Mais pour le président de la République, ce déplacement doit aussi avoir une résonance en France où la question de la lutte contre l’antisémitisme est selon l’Élysée d’une « actualité intense ». Le programme du chef de l’État et des ministres qui l’accompagnent est révélateur de cette volonté.

Emmanuel Macron a choisi d’aller au Mémorial de la déportation des juifs de France à Roglit. Une visite d’autant plus symbolique qu’aucun président français ne s’y est rendu jusqu’ici. Emmanuel Macron va y rencontrer des enfants de déportés et un groupe de lycéens de Saint-Ouen venus spécialement.

Christophe Castaner, le ministre de l’Intérieur, va lui se rendre au cimetière de Guivat Schaul où sont enterrées des victimes françaises de crimes antisémites, notamment Ilan Halimi et Sarah Halimi.

Alors qu’un sondage indique qu’un juif français sur trois se sent menacé et que les actes antisémites ont progressé de 74 % entre 2017 et 2018, le président de la République veut, lors de ce déplacement, montrer que la lutte contre l’antisémitisme est une priorité.


Reportage : Macron dans les pas de Chirac ?

Le président de la République doit se rendre au domaine de Sainte Anne à l’entrée de la vieille ville de Jérusalem. C’est à quelques pas de la rue où, il y a 23 ans, Jacques Chirac avait marqué les esprits en ayant une explication musclée avec les services de sécurité israéliens.

« What do you want ? Me to go back to my plane and go back to France ? » Cette altercation de Jacques Chirac avec le service d’ordre israélien est un moment marquant de sa présidence. Et à Jérusalem, on s’en souvient encore.

Devant la porte d’une échoppe, Georges Hamedian, un commerçant palestinien qui a assisté à la scène,  raconte en montrant une photo comme un trophée : « Là, là c’est mon père avec Chirac. J’étais dans la boutique. »

Le troisième homme de la photo, Ibrahim, s’approche lui aussi et explique l’attitude de Jacques Chirac. « Il a poussé les soldats et il est venu serrer nos mains, raconte-t-il. C’est ce qui s’est passé. C’était un homme bon. On croyait en lui pour la résolution de nos problèmes. »

Depuis Jacques Chirac, aucun président français ne les a marqués. Emmanuel Macron, Ibrahim n’en sait pas grand-chose : « C’est un jeune et bel homme, c’est ce que je sais de lui. Nous ne sentons pas grand-chose sur le fond. »

Georges Hamedian est encore plus sceptique. « Nous ne savons pas exactement ce qu’il fait, confie-t-il. Du temps de Chirac, nous savions ce qu’il disait, ce qu’il voulait ; mais lui nous ne savons pas. »

Ce qu’il espère c’est qu’Emmanuel Macron mette ses pas dans ceux de Jacques Chirac.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.