Accéder au contenu principal

Coronavirus: comment la France est préparée au risque de propagation

Deux des trois patients ont été admis à l'hôpital Bichat, à Paris.
Deux des trois patients ont été admis à l'hôpital Bichat, à Paris. Alain JOCARD / AFP

Trois premiers cas européens de coronavirus 2019-nCov ont été détectés en France vendredi 24 janvier. Face à la propagation de ce virus meurtrier venu de Chine, les hôpitaux s'organisent.

Publicité

Après l'Asie et l'Amérique du Nord, l'Europe a, à son tour, enregistré ses premiers cas de coronavirus. Les autorités sanitaires françaises ont annoncé hier que trois voyageurs récemment rentrés de Chine avaient été identifiés comme porteurs de ce virus, un à Bordeaux et deux à Paris. Tous avaient séjourné à Wuhan, la grande ville où cette nouvelle infection est apparue en décembre.

À lire aussi : Coronavirus: un Français en attente d'évacuation à Wuhan raconte

Ces détections rapides ont été permises par développement d'un test de diagnostic par l'Institut Pasteur, a fait valoir la ministre de la Santé Agnès Buzyn. « Il faut traiter une épidémie comme on traite un incendie, très vite repérer la source » et le « circonscrire le plus vite possible », a-t-elle souligné vendredi soir. Une « enquête épidémiologique approfondie autour de ces cas a été immédiatement mise en œuvre », ont précisé ses services. Il s'agit notamment d'identifier les personnes ayant été en « contact étroit » avec les malades pour assurer une surveillance sanitaire et pour éviter une propagation.

Les trois patients ont été placés en isolement dans des chambres à pression négative. Tous « vont bien », ont souligné leurs médecins. À Paris, ils sont pris en charge dans le service des maladies infectieuses de l'hôpital Bichat, dont les méthodes ont été revues après l'épidémie mondiale du syndrome respiratoire aigu sévère (Sras) en 2002. L'hôpital bénéficie désormais de nouvelles infrastructures et de médecins mieux formés à ce type de situation.

Consignes de vigilance, protocole de prise en charge des personnes avec des symptômes suspicieux, port de vêtements adaptés... Les hôpitaux, le Samu et les Agences régionales de santé (ARS) ont reçu des consignes très précises pour affronter la propagation du coronavirus.

« Nous sommes préparés pour faire face, considère le professeur Patrick Berche, ancien directeur de l'Institut Pasteur de Lille et professeur émérite à l'université de Paris. Nous avons un système de santé très structuré, donc on peut espérer que le virus ne se propagera pas énormément. » « évidemment, si la contagiosité était extrêmement forte, on pourrait avoir à prendre des mesures plus importantes, transformer certains secteurs des hôpitaux pour les malades très contagieux… Mais on n’en est pas du tout là, actuellement. »

Contrairement à d'autres pays, la France n'a pas mis en place de mesures de contrôle aux frontières des passagers venant de Chine. Mais le ministère de la Santé a annoncé la mise en place dès ce dimanche d'une « équipe médicale d'accueil » à l'aéroport parisien de Roissy-Charles-de-Gaulle. Elle aura pour mission de répondre aux questions, de prendre en charge toute personne inquiète et permettra une prise en charge médicale de toute personne présentant des symptômes.

En cas de fièvre, de maux de tête ou de gêne respiratoire, le ministère de la Santé rappelle qu'il ne faut pas se déplacer aux urgences ou chez un médecin traitant, mais composer le 15.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.