Accéder au contenu principal

Coronavirus: le point sur la situation en France

Une femme porte un masque de protection sur l'esplanade du Trocadéro à Paris, le 1er février 2020.
Une femme porte un masque de protection sur l'esplanade du Trocadéro à Paris, le 1er février 2020. REUTERS/Gonzalo Fuentes

En France, après les cinq nouveaux cas annoncés samedi, le nombre total de personnes atteintes du coronavirus est monté à 11. Le gouvernement s'est réuni à la mi-journée. De nouveaux rapatriements de ressortissants français sont prévus ce dimanche.

Publicité

Il s’agit d’un troisième avion avec à son bord 38 Français tous en provenance de Wuhan, épicentre de l'épidémie. Dès leur arrivée, ils seront redirigés vers Aix-en-Provence, dans le sud du pays pour 14 jours de confinement.

Aix-en-Provence où sont déjà isolés 78 passagers d'un autre vol de rapatriement, il y a une semaine. Aucun d'eux n'est contaminé par le coronavirus selon les tests.

Test négatif aussi pour les premières personnes rapatriées le 31 janvier. Elles restent malgré tout en quarantaine près de Marseille avant d'être libérées vendredi prochain, a annoncé ce samedi la Sécurité civile.

Au total, 11 personnes sont porteuses du coronavirus en France, six d'entre elles sont toujours hospitalisées en chambre d'isolement, mais avec un état de santé qui s'améliore. « Certains pourraient même sortir dans quelques jours », selon le directeur de la Santé, Jérôme Salomon.

En revanche, les cinq nouveaux cas révélés ce samedi sont suivis de près, car parmi eux, un enfant de 9 ans a séjourné dans deux écoles proches des stations de ski des Alpes. Ainsi, un numéro spécial a été ouvert pour répondre aux questions de ceux entrés en contact avec les personnes contaminées. Le Quai d'Orsay, dans un communiqué ce samedi, déconseille tout voyage en Chine « sauf raison impérative ».


■ Restos chinois : fréquentation en baisse

À Paris, la phobie de la maladie vide le quartier de Belleville. Même la clientèle chinoise habituelle déserte les lieux. Plus au sud, dans le XIIIe arrondissement de la capitale, où la communauté chinoise est importante, RFI est allée à la rencontre de ses habitants et commerçants. Si certains continuent de fréquenter les restaurants, d'autres remarquent une baisse de la fréquentation.

Habituellement il faut attendre pour avoir une table, là il est vide carrément…

À lire aussi : La communauté asiatique en France se sent stigmatisée à cause du coronavirus


Les châteaux de la Loire résistent pour l’instant au coronavirus

Comme Air France, de nombreuses compagnies ont suspendu les liaisons entre la Chine et la France pour limiter la propagation du virus, obligeant les touristes chinois à prolonger leurs vacances. En Val de Loire, les châteaux prisés des visiteurs asiatiques résistent encore au coronavirus, mais pour combien de temps ?

On peut quand même se préparer à un frein du développement de la fréquentation chinoise dans les mois qui viennent [...] Les actions que nous faisions, nous, en Chine, ont été décalées, reportées dans le temps.

À lire aussi : France: l'épidémie de coronavirus pèse sur le secteur touristique


■ Pénuries mondiales de masques

Le nouveau bilan mondial de l'épidémie du coronavirus atteint désormais 722 morts, et près de 35 000 personnes contaminées en Chine continentale. Les efforts pour contenir l’expansion du virus se poursuivent, mais l'Organisation mondiale de la santé donne l'alerte. Masques et autres équipements de protection viennent à manquer.

La « demande est jusqu'à cent fois supérieure à la normale », avec des répercussions sur les prix. Ils ont parfois été multipliés par 20, explique l’OMS.

Les stocks sont donc « à plat » et les livraisons pourraient prendre 4 à 6 mois. Pour gérer la crise, l'OMS a établi des priorités : doit être approvisionné en premier lieu le personnel médical, viennent ensuite les malades ou les personnes s'occupant des malades.

À lire aussi : France: Coronavirus, la ruée sur les masques

L'agence onusienne décourage par ailleurs la constitution de stocks dans les pays et régions où la maladie s'est peu diffusée.

En parallèle, elle a promis l'envoi dans 24 pays d'équipements de protection, dont 500 000 masques et 350 000 paires de gants. Pour se préserver et même si aucun cas n'y a été officiellement détecté, le Kazakhstan, voisin de la Chine, a au contraire interdit la semaine dernière les exports de masques.

Le salut viendra peut-être d'entreprises promptes à saisir les opportunités. Foxconn, qui assemble notamment des téléphones d'Apple, a fait des tests et attend la certification. L'entreprise taïwanaise espérait produire 20 millions de masques d'ici fin février. Ambition annoncée avant que les autorités chinoises n'empêchent Foxconn de reprendre ses activités dans le pays ce lundi.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.