Accéder au contenu principal

Macron réunit à l'Élysée une Conférence nationale du handicap

Des enfants autistes pris en charge par des éducatrices à Paris.
Des enfants autistes pris en charge par des éducatrices à Paris. AFP PHOTO FRANCK FIFE

Pour la cinquième fois depuis sa création en 2005, une Conférence nationale du handicap (CNH) se tient ce mardi 11 février à l'Élysée. Présidée par Emmanuel Macron, plusieurs annonces devraient être faites lors de cette conférence pour permettre « d'améliorer la vie concrète des personnes handicapées ».

Publicité

Trois grands axes devraient être abordés lors de cette conférence. D'abord, la scolarisation des enfants handicapés. L'objectif est de suivre, dans le cadre de l'école, 60 000 élèves de plus en situation de handicap d'ici la fin du quinquennat. Ils sont 361 000 actuellement.

Dès la rentrée prochaine, tous les enseignants auront par exemple un module de formation à la prise en charge du handicap dans leur classe.

Lors de cette conférence, l'accent sera également mis sur l'accompagnement des personnes handicapées.

Selon le gouvernement, chaque année près de 500 familles décident de partir vivre en Belgique, faute de trouver des places dans des centres d'hébergement adaptés en France. Pour répondre à ces besoins, 6 000 places supplémentaires devraient être créées d'ici 2022.

Enfin, la question de l'accès aux droits des personnes handicapées sera aussi abordée. Dans certaines régions, les délais pour obtenir une allocation sont bien plus importants que dans d'autres. Pour pallier à ces inégalités, chaque département devrait passer un accord de confiance avec l'État pour garantir un délai maximum de traitement de trois mois.

Pour l'instant en revanche, le coût de ces premières mesures n'a pas été communiqué.

Franck est au rayon surgelés, face aux grands frigidaires... "La difficulté de la chose, c'est déjà d'ouvrir la porte"...

Reportage: Franck maille est handicapé des 4 membres et il est contraint de se déplacer en fauteuil roulant.

■ Macron veut s'inscrire dans les pas de Chirac

La date de la Conférence nationale du handicap n'a pas été choisie au hasard : 15 ans jour pour jour après l'adoption de la loi Chirac qui a permis de développer l'accessibilité des écoles, entreprises et lieux publics aux personnes handicapées.

Avec ce choix de date symbolique, Emmanuel Macron veut marcher dans les pas de Jacques Chirac. L'ancien président – mort il y a 4 mois – a été l'artisan d'une desloisles plus importantes sur le handicap, dont il fait l'une des grandes causes de son second mandat.

Comme un trait d'union, c'est sa fille Claude Chirac qui prendra la parole ce mardi, avant qu'Emmanuel Macron conclut les débats face à des associations qui attendent beaucoup de ce rendez-vous. Elles veulent que les dispositifs d'aides, de scolarisation ou de prestations pour les handicapés soient très largement améliorés.

En organisant cette conférence à l'Élysée, Emmanuel Macron veut leur prouver qu'il prend la question au sérieux. Ces annonces ne seront pas des promesses en l'air, elles auront le temps d'être mises en œuvre avant la fin du quinquennat, plaide l'Élysée.

Une façon aussi pour le chef de l'État d'essayer d'incarner le volet « humain » de sa présidence alors qu'il a récemment demandé à son propre gouvernement « de faire preuve d'humanité ».

À écouter aussi : Handicap: un quotidien d'épreuves à surmonter

À écouter aussi : L’APF France handicap déçue par la politique d’Emmanuel Macron

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.