Accéder au contenu principal

Claudia Andujar raconte en images la lutte de la tribu indienne Yanomami

Des indigènes yanomami restent dans la communauté d'Irotatheri, dans l'État d'Amazonas, au sud du Venezuela, à 19 km de la frontière avec le Brésil, le 7 septembre 2012.
Des indigènes yanomami restent dans la communauté d'Irotatheri, dans l'État d'Amazonas, au sud du Venezuela, à 19 km de la frontière avec le Brésil, le 7 septembre 2012. LEO RAMIREZ / AFP

La photographe Claudia Andujar, 88 ans, expose 300 de ses clichés à la Fondation Cartier pour l'art contemporain, à Paris. Une rétrospective baptisée « Claudia Andujar, la lutte yanomami », à voir jusqu'au 10 mai 2020.

Publicité

Elle a dédié son œuvre et sa vie à la défense des Yanomami, ce peuple indien de l'Amazonie Brésilienne. Claudia Andujar, 88 ans, expose ses clichés à la Fondation Cartier. Une façon d'attirer l'attention sur ces Indiens, menacés aujourd'hui par le régime de Jair Bolsonaro, comme ils l'étaient avant sous la dictature militaire au Brésil.

Née en 1931 à Neuchâtel, Claudia Andujar vit d'abord à São Paulo. Après une enfance en Transylvanie, elle rejoint la Suisse avec sa mère pendant la Seconde Guerre mondiale pour fuir les persécutions nazies en Europe de l’Est. Son père, juif hongrois, est déporté à Dachau où il est exterminé avec la plupart des membres de sa famille. C'est en 1971 que Claudia Andujar rencontre les Yanomami dans le nord du Brésil. Photojournaliste, elle est fascinée par ces Indiens en qui elle trouve une seconde famille. Et entreprend un travail photographique au long cours.

Une immersion photographique

Le résultat, c'est un témoignage unique de leur vie quotidienne et de leurs traditions. La photographe tente de traduire en photo l'univers symbolique et rituel très complexe des Yanomami. Ainsi, elle expérimente, avec des pellicules infrarouges, des filtres de couleurs ou encore de la vaseline sur l'objectif. De ces expériences sont nées des images un peu surréelles, comme ces photos de forêt couleur prune.

Dans la deuxième partie de l’exposition, le contraste est saisissant. Claudia Andujar, après avoir montré le style de vie yanomami, illustre comment ils ont été réduits à la mendicité. En 1974, la dictature militaire brésilienne a lancé la construction d'une route à travers la forêt, qui va décimer la population.

►À lire: Brésil: sous Bolsonaro, la déforestation de l'Amazonie continue de s'accélérer

C’est à ce moment que Claudia Andujar devient militante pour la cause yanomami. Elle fonde avec d'autres une organisation qui obtiendra en 1992, après 15 ans de lutte, la délimitation d'un territoire yanomami.

Une victoire remise en cause aujourd'hui par le président brésilien Jair Bolsonaro déterminé à exploiter ces terres, quel que soit le sort réservé aux Indiens.

♦ Informations pratiques :

« Claudia Andujar, la lutte yanomami »
Fondation Cartier pour l'art contemporain
Jusqu'au 10 mai 2020

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.