Accéder au contenu principal

France: comment repenser la formation des élites

Entrée principale de l'ENA à Strasbourg (Est de la France).
Entrée principale de l'ENA à Strasbourg (Est de la France). AFP

Trop bourgeoise, trop parisienne, trop élististe, trop loin des gens... la haute fonction publique ne ressemble pas à la societé que nous sommes, disait le président de la République, Emmanuel Macron, au printemps 2019. C'était après la crise des « gilets jaunes », après le « grand débat national ». Il fallait tout changer, en commençant par supprimer l'École nationale d'administration (ENA), dont le président français est lui même sorti. Et c'est à un autre énarque, Frédéric Thiriez qu'il a confié la mission de repenser la formation des élites. Il remet son rapport à Matignon ce mardi 18 février 2020.

Publicité

Pour que la haute fonction publique représente mieux la société, l'École nationale d'administration céderait sa place à l'École d'administration publique. Celle-ci aura vocation à former les administrateurs civils mais aussi les magistrats ou les commissaires. La formation débutera par une préparation militaire de trois semaines et par l'encadrement de jeunes effectuant leur service universel. Après cette période, suivront quatre mois sur le terrain où les futurs plus hauts serviteurs de l'État oeuvreront dans une mairie, un hôpital ou un tribunal.

En phase avec la France

L'idée de base est que la haute fonction publique soit plus en phase avec la vie des Français. Ensuite, à l'issue de ces six premiers mois, les élèves seront réunis sur trois sites, Strasbourg, Bordeaux et Rennes pour suivre quinze jours d'enseignement commun.

Un concours remanié

Enfin, le concours d'entrée pour cette nouvelle école sera remanié. Cela passera par la création d'une vingtaine de classes préparatoires en France métropolitaine et en outre-mer. Sur le volet de discrimination positive, il pourrait y  avoir à titre expérimental, un concours spécial pour les jeunes de familles modestes. Dix places sur 130 seraient reservés à ces jeunes issus du concours spécial.

Emmanuel Macron lance le service national universel

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.