Accéder au contenu principal

Première plongée en mer du «Suffren», le nouveau sous-marin nucléaire français

Le «Suffren» dans les ateliers de construction sur le site du groupe naval à Cherbourg, France, le 5 juillet 2019.
Le «Suffren» dans les ateliers de construction sur le site du groupe naval à Cherbourg, France, le 5 juillet 2019. REUTERS/Benoit Tessier

Le tout nouveau sous-marin nucléaire d'attaque français (SNA), le « Suffren », a effectué cette semaine sa première plongée en mer, un jalon supplémentaire avant sa livraison à la Marine nationale.

Publicité

Le mastodonte d'acier noir de 99 m de long et de 5 300 tonnes a pour la première fois plongé mardi dernier 28 avril dans la Manche, une plongée qui donne le coup d’envoi des essais en mer du Suffren. De l’Atlantique à la Méditerranée, durant de longues semaines les ingénieurs et techniciens du constructeur Naval group, ceux de la direction générale de l’armement et du commissariat à l’énergie atomique vont tester la robustesse et l’efficacité du sous-marin avant sa livraison à la Marine nationale.

Pour cause de coronavirus, tous les personnels avant d’embarquer ont été mis en quatorzaine préventive puis testés au Covid-19.

Avancée technologique

Si les essais sont concluants le bâtiment entrera en service en 2021. Premier d’une classe de six nouveaux sous-marins nucléaires d’attaque, le Suffren marque une avancée technologique, pouvant plonger à plus de 300 mètres de profondeur, il ne fait guère plus de bruit qu’un banc de crevettes, tout en restant très manœuvrable…

Mis en œuvre par un équipage de 65 hommes, il aura pour mission de protéger les bâtiments précieux comme le porte-avions Charles-de-Gaulle, de traquer les sous-marins ennemis, il pourra aussi déployer des forces spéciales. Le Suffren, nouvel outil offensif, effectuera des missions de 70 jours, une autonomie, là encore, largement supérieure à celle de la précédente génération de sous-marin d’attaques.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.