Accéder au contenu principal
France

11-Novembre: journée de commémorations pour François Hollande

François Hollande à Notre-Dame-de-Lorette (Pas-de-Calais) pour inaugurer l'Anneau de la Mémoire, mardi 11 novembre 2014.
François Hollande à Notre-Dame-de-Lorette (Pas-de-Calais) pour inaugurer l'Anneau de la Mémoire, mardi 11 novembre 2014. REUTERS/Pascal Rossignol

Ce 11 novembre 2014 est une journée de commémorations ponctuée par deux temps forts pour le président français. François Hollande était à Paris ce mardi matin, avant de rejoindre, à 200 kilomètres au nord de la capitale, la nécropole nationale de Notre-Dame-de-Lorette.

Publicité

Sur la colline de Notre-Dame-de-Lorette, dans le Pas-de-Calais, François Hollande a rappelé le lourd bilan de la guerre 1914-18, une guerre qui a duré 50 mois et dans laquelle 18 millions de personnes ont perdu la vie. Pour le chef de l’État, l’Anneau de la Mémoire qu’il est venu inaugurer en ce 11 novembre est un monument qui rend hommage à ce terrible conflit, mais aussi un symbole de la barbarie passée et de la fraternité présente.

Les 580 000 combattants dont les noms sont inscrits sur l’anneau sont de toutes les nationalités, de toutes les religions, hier ennemis aujourd’hui réunis, a dit le président de la République. Réconcilier les peuples et garder en mémoire les erreurs passées pour préserver l’avenir, c’est l’ambition de François Hollande. Dans ces commémorations du centenaire du déclenchement de la Grande Guerre, le président de la République a voulu tirer les leçons du passé et montrer le rôle si particulier de la France et de l’Europe dans le combat pour la paix, « car l’histoire nous sert à avancer ».

On a quelque chose d'original du point de vue de la commémoration officielle de la Grande Guerre et en même temps il s'agit d'une œuvre d'art

Nicolas Beaupré

Filiation entre les Poilus de 14 et les militaires d'aujourd'hui

Plus tôt ce mardi, le président de la République française était sur la place de l’Etoile, à Paris, au pied de l'Arc de Triomphe, pour une cérémonie assez classique organisée sous une belle lumière d’hiver. Au programme : des dépôts de gerbes et un « ravivage de la flamme » du Soldat inconnu, en présence des hautes autorités militaires. Une cérémonie pour célébrer ce lien, cette filiation entre les « Poilus » de 1914 et les militaires d’aujourd’hui, qui se battent en opération extérieure.

Quelque 8 000 d'entre eux sont actuellement engagés loin de la France, particulièrement en Afrique. Etaient d'ailleurs présents ce mardi matin les emblèmes des unités endeuillées depuis le 11 novembre dernier. Les noms des sept soldats français morts en opérations extérieures depuis un an ont résonné sous l’Arc de triomphe, et les portraits de ces soldats sont apparus sur deux écrans géants.

Souvenir et transmission, un 11-Novembre qui fait le lien entre les générations

On citera les caporaux Nicolas Vokaer et Antoine Le Quinio, morts à 23 ans en République centrafricaine dans les premiers jours de l’opération Sangaris, mais aussi le légionnaire Dejvid Nikolic, visé par un attentat-suicide le 14 juillet dernier au Mali. Sans oublier les forces spéciales, avec la mort de l’adjudant Thomas Dupuis du commando de parachutiste de l'air 10, tué tout récemment en opération dans l'Adrar des Ifoghas, dans le nord du Mali.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.