Accéder au contenu principal
International/Humour

Douze bonnes ou mauvaises raisons d’envoyer 2014 aux oubliettes

C'est avec un anaconda semblable qu'a voulu se mesurer Paul Rosolie. Mal lui en pris.
C'est avec un anaconda semblable qu'a voulu se mesurer Paul Rosolie. Mal lui en pris. Getty/Nicolas Reynard

Bon cru, mauvais cru, 2014 s’achève. RFI vous propose un petit coup d’œil dans le rétroviseur pour jeter un dernier regard sur une sélection très arbitraire de petits événements qui ont fait le sel de cette année. En rire ou en pleurer, ils sont une partie de la mosaïque 2014. Vivement 2015 !

Publicité

Anaconda si, anaconda no

L’anaconda est un serpent très connu pour avoir bon appétit, mais ce qu’on sait moins, c’est qu’il est aussi très capricieux. Paul Rosolie, un défenseur américain de l’environnement, vient de l’apprendre à ses dépens. Il voulait se faire avaler vivant par un anaconda femelle, capturé dans la jungle péruvienne et mesurant 6 mètres de long, histoire de ne pas être trop à l’étroit. L’opération a été filmée pour être présentée sur la chaîne Discovery avec le titre pas accrocheur pour deux sous : « Dévoré vivant ».

Paul, revêtu d’une combinaison spéciale en fibre de carbone munie de caméras, d’un système pour respirer et équipé pour communiquer avec l’extérieur, a donc été avalé la tête la première par le serpent qui l’enserrait dans ses anneaux depuis une heure. L’anaconda est ainsi, avant d’engloutir, il goûte. Arrivées à ce point de la dégustation, les choses ont été stoppées net par l’équipe de l’émission qui a estimé que Paul Rosolie risquait bel et bien d’être étouffé si l’expérience continuait.

 
La séquence a été diffusée aux Etats-Unis, mais les téléspectateurs s’estimant floués après que Paul Rosolie a laissé croire qu’il avait passé une heure dans les entrailles de l’animal ne se sont pas privés de laisser éclater leur colère sur les réseaux sociaux. Quant à l’anaconda, rendu à sa jungle, on ne l’y reprendra plus à tâter d’un tel casse-croûte si peu rassasiant.

Union européenne : plus de 7 milliards d’euros jetés par-dessus les moulins
 

7,2 milliards d’euros ont été dépensés en vain en 2013 selon le rapport de la Cour des comptes européens.
7,2 milliards d’euros ont été dépensés en vain en 2013 selon le rapport de la Cour des comptes européens. Getty Images

Apparemment, les économies c’est pour nous et pas pour l’Union européenne qui, dans ce domaine, ne donne pas l’exemple. Ce sont en effet 7,2 milliards d’euros qui ont été dépensés pour rien en 2013 selon le rapport de la Cour des comptes européens.

Qu’est-ce qu’on a pour cette somme rondelette vu de Bruxelles ? Quatre hélicoptères espagnols financés à hauteur de 75 % pour surveiller les frontières au sud du pays et qui sont utilisés à tout autre chose. En Italie, des artichauts subventionnés pour promouvoir la culture bio et qui se sont avérés bourrés de pesticides…

Bruxelles a aussi payé pour des prairies « fantômes » en Allemagne, en France, en Roumanie, en Pologne, en Grèce comme en Irlande. L’UE a de même sorti son chéquier à deux reprises pour la construction d’un aéroport en Allemagne : d’abord pour le construire et ensuite pour refaire ce qui avait été bâclé.

On ne peut pas compter sur la génétique des centenaires 

En étudiant le génome de 17 grands centenaires, ceux ayant franchi le cap des 110 ans, des chercheurs américains espéraient découvrir le secret de la fontaine de jouvence. C’est raté. Hélas en effet, aucune variation génétique rare n’a pu être isolée qui puisse expliquer la longévité exceptionnelle de leurs cobayes.  

Bien qu’un peu déçus, les scientifiques de l’université de Stanford ne désespèrent pas toutefois que les progrès de la science leur permettent à l’avenir de percer le mystère des gènes des centenaires. Pour cela, ils ont mis à l’abri les échantillons étudiés en espérant à leur tour vivre assez longtemps pour y parvenir.

Le jour où on apprend que La Joconde est chinoise

Mona Lisa, ou «la Joconde», de Léonard de Vinci aurait-elle un petit air chinois ?.
Mona Lisa, ou «la Joconde», de Léonard de Vinci aurait-elle un petit air chinois ?. AFP/Jean-Pierre Muller

Encore une certitude pulvérisée. Selon un soi-disant historien italien, la Joconde serait une esclave chinoise emmenée en Italie et devenue… la mère de Léonard de Vinci. L’homme, Angelo Paratico, basé à Hong Kong affirme que la jeune femme se prénommait Caterina.

Sûr de sa théorie « jusqu’à un certain point », l’historien en veut pour preuve le paysage chinois (sic) derrière Mona Lisa et (re-sic) son visage qui ressemble à celui d’une Chinoise. Faute d’être prouvée, la théorie d’Angelo Paratico a en tout cas beaucoup amusé les Chinois qui ont consulté plus de quatre millions de fois le sujet.

Il a trouvé l’aiguille dans la botte de foin

Autre pari, moins risqué que celui de l’anaconda, celui d’un artiste italien qui s’est donné quarante-huit heures pour « chercher une aiguille dans une botte de foin ». L’exploit a eu lieu au Palais de Tokyo, à Paris, où un énorme tas de foin de 450 kilos avait été, cela va sans dire, artistement disposé. On est dans un musée tout de même.

Sven Sachsalber, à qui personne n’avait rien demandé, a attaqué la masse de foin à mains nues ce qui tendrait à prouver qu’il n’a peur de rien. Méthodiquement, poignée par poignée, il trie. Dix heures passent, rien. Une journée, toujours rien. Ensuite, que du foin durant de longues heures. Mais foin de découragement, l’artiste persiste et après 29 heures et 30 minutes, ça y est, il tient enfin l’aiguille. Il aurait trouvé le Graal, son sourire n’aurait pas été plus large.

Le taureau gay échappe à l’abattoir
 

Benjy le taureau reproducteur irlandais s'est avéré gay ; il a échappé de justesse à l'abattoir.
Benjy le taureau reproducteur irlandais s'est avéré gay ; il a échappé de justesse à l'abattoir. Getty/Doug Chinnery

Quand son propriétaire découvre que Benjy, le taureau reproducteur irlandais qu’il vient d’acheter est gay, les deux bras lui en tombent. Appelé en renfort, le vétérinaire ne peut que confirmer l’orientation sexuelle de la bête qui du coup se voit condamnée à l’abattoir.

Cette fin funeste lui sera épargnée in extremis par Sam Simon, coauteur américain de la série d’animation les Simpson. Le philanthrope a aligné les 5 000 livres (6 200 euros) nécessaires au transport de Benjy dans une prairie bien verdoyante de l’est de l’Angleterre là où on ne se mêle pas de la vie intime du bétail.

Je suis ravi que Benjy échoue « dans un sanctuaire plutôt que dans un sandwich », a simplement conclu son bienfaiteur qui a légué une partie de sa fortune aux causes animalières après avoir appris en 2012 qu’il était atteint d’un cancer incurable.

Au secours, c’est du sucre !

Un banal sachet de sucre vanillé échappé d’un paquet de biscuits de Noël a semé la panique dans un bureau de poste outre-Rhin d’autant plus qu’un employé s’est rapidement plaint de démangeaisons. Craignant une attaque bioterroriste, la police a été aussitôt appelée, laquelle dans le doute, a sonné le rappel des collèges spécialistes des embrouilles chimiques.

Pompiers, policiers, urgentistes, tous hermétiquement emmitouflés dans leurs combinaisons autonomes, ont vite fait d’envahir la poste de Pinneberg, au nord de Hambourg. Une fois analysée, la poudre s’est révélée inoffensive et l’enquête a permis de retrouver l’expéditrice qui envoyait à sa mère de quoi réaliser des biscuits pour les fêtes. Quant à l’employé aux démangeaisons, depuis, ses collègues le regardent de travers.

Au secours, c’est un tigre !
 

Photo de l'animal traqué durant des jours, en novembre 2014, près de Paris. Tigre ou gros chat, on ne l'a jamais revu.
Photo de l'animal traqué durant des jours, en novembre 2014, près de Paris. Tigre ou gros chat, on ne l'a jamais revu.

La maréchaussée française a été sur les dents à la mi-novembre. En cause, un tigre, rien de moins, avait alors été aperçu sur le parking d’un supermarché. Drôle d’endroit pour une telle rencontre. Photo à l’appui, certes un peu floue et prise de loin, les paisibles habitants de Montévrain ont été priés de ne « pas céder à la panique, en cas de face à face avec le fauve. Il faut faire comme si on ne le voyait pas », a précisé, docte, un spécialiste.

Plus facile à dire qu’à faire penserez-vous, surtout quand on n’a pas l’habitude, ce qui est le cas d’une bonne partie des habitants de Montévrain, situé assez loin du Bengale, à 30 km de Paris. Quelques battues plus tard, policiers, gendarmes et militaires appuyés par un hélicoptère muni d’une caméra thermique, tous revinrent bredouilles. On se mit à douter et on eut raison. On ne retrouva pas le tigre pas plus que tout autre félin de taille respectable qui aurait aussi bien fait l’affaire. De leur côté, les autorités assurent que « le félin est toujours recherché » : le cirque continue.

L’amour sur de bons rails  

Les ébats d’un jeune couple ont provoqué des contrôles de sécurité tous azimuts dans le métro de Moscou. Les amoureux n’avaient rien trouvé de mieux que de faire l’amour sur les rails d’un tunnel réservé aux trains détournés en cas d’urgence. Tous les goûts étant dans la nature, l’affaire en serait restée là si les tourtereaux n’avaient eu l’idée de poster sur Internet, les photos de leur « exploit ». 

Branle-bas de combat chez les responsables de la sécurité du métro qui cherchent depuis, en vain, comment les amants du rail ont pu accéder au réseau souterrain. Ultime bravade, Andreï R. a dit avoir choisi avec sa compagne la ligne verte, celle qui passe près du Kremlin.

L’oreille du cambrioleur parle
 

Il ne faut pas écouter aux portes. A bon entendeur salut !
Il ne faut pas écouter aux portes. A bon entendeur salut ! Getty/Ashley Kennedy

Ce jeune cambrioleur de 26 ans laissait traîner son oreille un peu partout. Mal lui en prit. Pourtant, sa technique fonctionnait bien jusque-là. Ayant repéré un appartement à « visiter », Lasha K. écoutait aux portes, afin d’assurer sa tranquillité durant l’opération. Rien de mieux pour cela que de coller son oreille à la porte et… ainsi de signer son forfait.

Les policiers lyonnais qui le traquent depuis des mois remarquent bien vite cette même empreinte d’oreille sur de nombreuses portes d’appartements cambriolés. Reste à en retrouver le propriétaire. La chance est du côté des pandores qui le surprennent un bon matin en flagrant délit. Confondu, le « voleur-à-l’oreille » est poursuivi pour une dizaine de forfaits. Mais au final, les empreintes d’oreille, digitales, vidéos et autres témoignages lui en attribuent 80. A bon entendeur, salut. 

La lingerie, les hommes et… les rats en raffolent
 

Selon des scientifiques, hommes et rats sont égaux devant l'effet suggestif de la lingerie.
Selon des scientifiques, hommes et rats sont égaux devant l'effet suggestif de la lingerie. AFP PHOTO/PIERRE VERDY

Hommes et rats, mêmes ébats. Du moins en ce qui concerne l’effet déclencheur de la lingerie. Une étude, tout ce qu’il y a de plus scientifique, vient de montrer que les rats aussi sont mis en émoi lorsque leur compagne en porte. Les chercheurs ont testé ces effets bien connus chez les hommes, en soumettant de jeunes rats vierges à la vue de rates « nature » ou affublées d’une petite veste sexy

C’est net, le rat se montre plus « pressant » et éjacule plus abondamment, dixit les scientifiques, quand la femelle est agrémentée de lingerie. Pour les auteurs de l’étude, les rats ont assimilé très vite que lorsque la rate porte de la lingerie, ils vont faire l’amour. Le même message serait enfoui au plus profond du cerveau masculin. Mais là, pas besoin d’étude pour le démontrer, cela crève les yeux. 

La demande en mariage la plus ruineuse de l’année

Quand on aime, on ne compte pas. C’est ce qu’a pensé cet habitant d’IJsselstein aux Pays-Bas qui, pour demander la main de sa fiancée, s’est fendu de grands moyens. Le fiancé a loué un camion-grue de belle taille avec lequel il voulait atteindre l’étage où se situe la chambre de la belle et là, lui faire sa demande.

Mais rien ne s’est passé comme prévu. Mal arrimé, l’engin a basculé et la grue a percuté le toit causant d’importants dommages à la maison de la fiancée, mais aussi à celles des voisins. Le fougueux fiancé lui, a réussi à sauter à temps. Personne n’a été blessé rassurent les secours qui ont dû faire venir une autre grue pour dégager la première. Quant à la dulcinée, elle a accepté la demande du jeune homme se disant peut-être que le pire était derrière eux.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.