Accéder au contenu principal
Qatar

Trop cher, le mariage n’a plus la cote au Qatar

Les jeunes Qatariens doivent s'endetter s'ils veulent se marier.
Les jeunes Qatariens doivent s'endetter s'ils veulent se marier. DR

La cérémonie coûte tellement cher dans l'émirat que les jeunes ne veulent plus se marier. Et quand ils se passent enfin la bague au doigt, quatre mariages sur dix se terminent par un divorce. Du coup, l'Etat qatarien a décidé de prendre les choses en main.

Publicité

De notre correspondante à Doha,

La mariage au Qatar coûte cher, très cher. Il faut compter au minimum un million de rials - 200 000 euros - pour pouvoir se marier quand on est Qatarien. C'est surtout le futur mari et sa famille qui doivent mettre la main à la poche : la belle-famille et la future épouse décident d'une dote que le mari doit verser (environ 20 000 euros). La future mariée choisit aussi des bijoux, diamants et or, que son futur époux doit lui remettre. Ce dernier va également payer la location des deux salles de mariage : l'une pour les hommes, l'autre pour les femmes. Plus le repas et le service.

Le contrat de mariage est très avantageux pour les femmes au Qatar : elles peuvent y mettre toutes leurs conditions, y compris une maison, le nombre de domestiques à leur service, et ce qu'elles veulent en cas de divorce. Résultat, les jeunes Qatariens doivent s'endetter s'ils veulent se marier. C'est surtout la location de la salle qui revient cher. Cela se fait dans les grands hôtels de luxe, à près de 100 000 euros la soirée. De quoi freiner les jeunes Qatariens qui voudraient sceller leur union.

Une salle « super luxe » gratuite

L'Etat a pris conscience du problème et propose des solutions. Le Premier ministre a inauguré, ce mois-ci, « une salle de mariage super luxe 5 étoiles », mais proposée gratuitement aux Qatariens qui se marient pour la première fois. Reste à savoir maintenant si la belle-famille va accepter de marier sa fille dans une salle gratuite, fournie par l'Etat, dans un pays où les signes extérieurs de richesse prennent beaucoup de place. Pour les hommes, en tout cas, c'est une bonne nouvelle.

L'Etat a dû se saisir du problème, car pour le Qatar c'est une question vitale : les Qatariens ne sont que 150 000 sur une population totale de 2,2 millions d'habitants. Les femmes ne peuvent pas transmettre la nationalité et il faut une autorisation spéciale aux hommes pour se marier avec des non Qatariennes.

40 % de divorces

« Les Qatariennes coûtent trop cher, elles sont trop exigeantes », confiait ainsi un jeune à RFI. Il préférerait trouver une épouse aux Emirats arabes unis voisins ou en Arabie Saoudite. De toute façon, c'est sa maman qui choisira !

En effet, les époux ne se connaissent pas dans la majorité des cas quand ils se marient. Et cela donne 40 % de divorces parmi les Qatariens. Là aussi, le gouvernement réfléchit à une loi pour rendre obligatoires des conseils pré-maritaux sur les devoirs des époux, le sexe, l’éducation des enfants, etc. Le jeune Qatarien de 22 ans interrogé concluait ainsi, réaliste : « Dans le mariage chez nous, il n'y a pas d'amour. »  

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.