Accéder au contenu principal
Togo

Claude Grunitzky voudrait laisser une «trace» afro-optimiste

Claude Grunitzky, 44 ans, est à l’initiative de «Trace Urban», la troisième chaîne de télévision musicale au monde.
Claude Grunitzky, 44 ans, est à l’initiative de «Trace Urban», la troisième chaîne de télévision musicale au monde. Claude Grunitzky

Claude Grunitzky, 44 ans, est à l’initiative de « Trace Urban », la troisième chaîne de télévision musicale au monde. Président de « True », une agence de conseil en communication, cet entrepreneur franco-togolais peut donner dans la même semaine une conférence au MIT, à Harvard, et à HEC Paris. Portrait.

Publicité

Né à Lomé, Claude Grunitzky a étudié à Washington puis à Paris. Il en garde des souvenirs marquants. « C’est en France que j’ai réalisé que j’étais différent. Je ressentais constamment, à cette époque, la méfiance de la part de mes camarades de classe ».

Après une année à l’Institut d’études politiques (IEP) de Paris, il part à 20 ans au Royaume-Uni où il étudie la finance au Birkbeck College de l'université de Londres. Il commence alors une carrière de journaliste en tant que pigiste du quotidien britannique The Guardian et intègre en 1994 le magazine Dazed & Confused. Au sein du magazine londonien, il lance une revue mensuelle qui plaît outre-Atlantique. Il décide donc d’aller s’installer à New York en 1998 pour créer la version américaine du journal qu’il nomme « Trace » comme « trace ta route ». Son objectif : créer des contenus susceptibles de faire « sens » dans différents pays.

Les débuts sont difficiles mais sa rencontre en septembre 2001 avec Richard Warner, vice-président de Goldmann Sachs, lui permettra de lever des fonds pour développer la marque et créer la chaîne de télévision. La culture est aussi une échappatoire pour le jeune entrepreneur. Issu de la famille de l’ancien président du Togo, Nicolas Grunitzky, Claude avoue sa lassitude des débats politiques permanents à la maison.

Au bout de quinze ans au groupe Trace, il revend la marque en 2010 et lance une nouvelle agence de communication qu’il nomme « True ». Celle-ci acquiert très vite une notoriété en créant des médias pour les gouvernements du monde entier qui veulent investir en Afrique.

Au service des jeunes Africains

Son prochain défi : True Africa. « Un pure player (média numérique, ndlr) 100% Afrique qui va renseigner les jeunes Africains sur leurs propres cultures. L’idée est de donner la parole aux jeunes sur le continent. Il y a un vrai marché en Afrique », explique-t-il. Les difficultés technologiques liées à ce genre de projet ne lui font pas pour autant peur. « J’ai étudié la question au MIT et nous avons pensé aux difficultés. On a étudié les solutions technologiques ».

Si Claude Grunitzky veut autant s’investir en Afrique, c’est parce qu’il est « afro-optimiste ». « Ce qui me désole, ce sont ces Africains de la diaspora qui ne retournent plus en Afrique. Je suis sur le terrain et pas seulement dans des capitales », affirme-t-il.

Soucieux de transmettre aux jeunes, Claude Grunitzky a aussi initié un forum des entrepreneurs au Togo et au Burkina Faso : un programme qui a pour objectif de fournir aux intéressés les connaissances théoriques et pratiques nécessaires à la création d’entreprises pérennes. « Toutes mes actions en faveur des jeunes sont bénévoles. Je désire transmettre mon expérience et mon savoir-faire acquis au cours des vingt dernières années ».

Claude est aussi administrateur de Humanity in Action, une association qui œuvre à la promotion de l’égalité des droits parmi les jeunes, les professionnels et la société civile.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.