Accéder au contenu principal

Yacouba Sawadogo, l'homme qui a reverdi le désert

Yacouba Sawadogo
Yacouba Sawadogo Moussa Ouedraogo

Depuis les années 1970, le Nord du Burkina Faso est sujet à la désertification. Yacouba Sawadogo, 77 ans, cultivateur dans la province de Ouahigouya, a dévéloppé un moyen simple et naturel pour y faire face : la régénération naturelle assistée (RNA). En quelques années, il a ainsi recréé une forêt. Récit.

Publicité

Au Burkina Faso, le désert avance à grands pas. Dans la région du Nord, les longues sécheresses des années 1970 ont provoqué un désastre écologique sans précédent. Brousse ravagée, animaux décimés, pluies raréfiées : le bilan est lourd.
Face à cette situation, de nombreuses actions ont été entreprises avec divers résultats. Dans le village de Gourga, situé dans la commune de Ouahigouya, dans la province du Yatenga, au Nord du Burkina Faso, Yacouba Sawadogo, 77 ans, a entrepris de reverdir le couvert végétal de 40 hectares de glacis, jadis hostile à toute vie végétale. « Dès le début, j'étais convaincu que les terrains désertiques deviendraient un jour une forêt. Mais les villageois me traitaient de fou! », se souvient le cultivateur.

Grâce à la technique de régénération naturelle assistée (RNA), un arbre a pu voir le jour.
Grâce à la technique de régénération naturelle assistée (RNA), un arbre a pu voir le jour. Moussa Ouedraogo

ZAI et cordons pierreux

Pour cela, il a eu recours à la régénération naturelle assistée (RNA). Cette pratique d'agroforesterie vise à protéger les plantules qui poussent naturellement sur un champ, en y appliquant divers paquets technologiques de conservation des eaux et des sols.
A savoir, le Zai qui consiste à creuser de petits trous de quelques centimètres, dans lesquels on met de la fumure organique avant les semis. Ces petits carrés permettent aussi de retenir l’eau.
Mais aussi à construire des cordons pierreux, un sytème qui nécessite d'attacher des cailloux à l'aide d'un grillage afin d'empêcher le ruissellement de l'eau. Cette technique permet de ralentir l’érosion des sols et de garder l'humidité pendant les périodes de sécheresse.
Après une quarantaine d’années de travail de récupération et d’ensemencement de graines d’arbre et d’herbe, Yacouba Sawadogo a ainsi créé une véritable forêt au milieu d’une brousse clairsemée. On y retrouve une soixantaine de plantes, de hautes herbes, des animaux, allant des oiseaux aux petits rongeurs.
« C’est un travail passionnant », explique le cultivateur qui, depuis des années, s’est adonné avec des moyens modestes à contribuer à lutter contre l’avancée du désert dans la région du Nord. Et même s'il déclare modestement ne pas être l'inventeur de la RNA, il a fortement contribué à sa mise en valeur.

Une véritable forêt a pu être créée par Yacouba Sawadogo.
Une véritable forêt a pu être créée par Yacouba Sawadogo. Moussa Ouedraogo

Patrimoine écologique

Yacouba Sawadogo travaille ainsi tout au long de l’année, en saison pluvieuse comme en saison sèche. La forêt créée par « l'homme qui arrête le désert » constitue, par ailleurs, un véritable patrimoine écologique, utile sur le plan de la médecine traditionnelle. Elle permet aussi de pratiquer l’agriculture, tout en gardant les arbres.
Au regard de son efficacité dans la lutte contre l’avancée du désert, la RNA est en phase de vulgarisation dans les pays de l’Afrique, au sud du Sahara : peu coûteuse, elle est par ailleurs simple à appliquer par les producteurs.

Moussa Ouedraogo
Chef des programmes à la Radio La Voix du Paysan, Ouahigouya, Burkina Faso
radiovoixdupaysans@yahoo.fr

 Revenir à l'accueil des Médias Partenaires.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.