Accéder au contenu principal
Israël

A Ramallah, Obama soutient une solution à deux Etats

Rencontre à Ramallah entre Barack Obama et Mahmoud Abbas, le 21 mars 2013.
Rencontre à Ramallah entre Barack Obama et Mahmoud Abbas, le 21 mars 2013. ©Reuters.

Barack Obama s’est entretenu avec son homologue Mahmoud Abbas, ce jeudi 21 mars 2013 et s’est exprimé, devant la presse. Il assuré le soutien américain à la création d'un Etat palestinien et a également critiqué la colonisation israélienne « qui ne fait pas avancer la paix ».

Publicité

Avec notre correspondante à Ramallah, Emilie Baujard

Barack Obama s'exprime à Ramallah devant Mahmoud Abbas, jeudi 21 mars 2013

Le président américain a réaffirmé que les Palestiniens avaient droit à leur propre Etat, un Etat fort et indépendant, aux côtés de celui d’Israël.

Barack Obama a aussi salué les efforts de Mahmoud Abbas et de son Premier ministre Salam Fayyad, pour travailler à la paix dans la région. Il a aussi longuement évoqué la situation de l’Autorité palestinienne, créée il y a bientôt vingt ans.

Il s’est félicité du boom économique, tout en s’inquiétant de la crise financière qui touche les Palestiniens. Barack Obama a aussi eu un mot pour Gaza. « La souffrance des habitants de Gaza, a-t-il dit, en raison du Hamas qui ne veut pas abandonner la violence ». Voilà pour ses déclarations.

Pas un mot, en revanche, de la frontière ou de la capitale de cet Etat palestinien. Pas une parole non plus sur l’expansion de la colonisation d’Israël en Cisjordanie.

 

Nous ferons ce qu'il faut à notre niveau pour mettre fin à la division à travers la réconciliation palestinienne qui ne fera que nous renforcer.

Mahmoud Abbas s'exprime devant le président américain, le jeudi 21 mars 2013

Le président américain a réitéré que la paix ne passait que par des négociations directes, entre Israéliens et Palestiniens : « nous ne pouvons pas abandonner, nous le devons aux jeunes Palestiniens et Israéliens ».

Mahmoud Abbas a, quant à lui, réitéré la volonté des Palestiniens d'aller vers un processus de réconciliation, mais qu'il n'y aurait pas de reprise des négociations sans le gel de la colonisation.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.