Accéder au contenu principal
arabie saoudite

Arabie Saoudite : des Chinois expulsés pour avoir fait grève

La ligne de métro de Ryad va relier la Mecque à Mina.
La ligne de métro de Ryad va relier la Mecque à Mina. Reuters / Hassan Ali

Les autorités saoudiennes ont expulsé seize Chinois qui travaillaient sur le chantier du métro dans la ville sainte de La Mecque, parce qu'il avaient observé une grève. Les seize hommes ont été arrêtés après avoir protesté contre leurs conditions de travail et des salaires trop bas, parfois non versés.

Publicité

Avec notre correspondante à Ryad, Clarence Rodriguez

Les seize Chinois arrêtés et expulsés manu militari du royaume voulaient tout simplement attirer l'attention de la société China Railway Corp, leur employeur, sur leurs conditions de travail.

En ayant décroché le marché de la construction du métro pour un montant de 1,3 milliards d'euros, la société chinoise n'hésite pas à exploiter la centaine d'ouvriers employés sur ce chantier, les faisant travailler et vivre dans des condtions souvent inacceptables et précaires. C'est en tout cas ce que déclare dans la presse locale un des ouvriers chinois.

Le droit de grève et les syndicats sont interdits

Mais on apprend aussi qu'une des raisons qui a poussé ces ouvriers à faire grève est la mort de l'un des leurs, cette semaine, lors des essais de la ligne de métro reliant La Mecque à Mina.

Il faut savoir que sur une population de 24 millions de personnes, sept millions sont des étrangers, souvent des asiatiques, et ce sont eux qui constituent le réservoir de la main-d'oeuvre en Arabie Saoudite. Les mouvements sociaux n'existent pas, le droit de grève et les syndicats sont bien évidemment interdits.

La dernière fois que des employés ont cessé le travail à Ryad, en décembre 2007, après dix jours de grève, 246 chauffeurs d'une société de transports ont été reconduits à la frontière.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.