Accéder au contenu principal
Iran/Bahreïn

L’Iran durcit le ton contre Bahreïn

Manifestation devant l'ambassade d'Arabie Saoudite à Téhéran, le 17 mars 2011.
Manifestation devant l'ambassade d'Arabie Saoudite à Téhéran, le 17 mars 2011. Reuters/Stringer

Quelques centaines de dignitaires religieux étrangers ont défilé ce jeudi 17 mars devant les ambassades d'Arabie Saoudite et de Bahreïn à Téhéran pour protester contre la violente répression à l'encontre des manifestants dans le petit royaume du Golfe. La veille, l'Iran avait rappelé son ambassadeur à Manama. Téhéran dénonce l'envoi de renforts saoudiens et émiratis à Bahreïn.

Publicité

Avec notre correspondant à Téhéran, Siavosh Ghazi

Le rappel de l’ambassadeur d’Iran de Manama marque un net durcissement de Téhéran. Il intervient en effet après la condamnation par Téhéran de l’envoi de troupes saoudiennes et la répression des manifestants. Le président Ahmadinejad a qualifié l’intervention saoudienne de « hideuse » et a affirmé qu’elle était vouée à l’échec.

Téhéran est concerné à plusieurs titres par la crise à Bahreïn. Tout d’abord, la population iranienne est majoritairement chiite comme celle de Bahreïn. Téhéran soutient les chiites bahreïniens qui demandent la fin de la domination des sunnites dans cet émirat, ce qui renforcerait du même coup la position de l’Iran dans toute la région.

Ensuite, Bahreïn est une importante base militaire des Etats-Unis. L’émirat abrite en effet le quartier général de la cinquième flotte américaine chargée notamment de surveiller le golfe Persique.

Tout changement politique à Bahreïn profiterait donc à l’Iran. Ce qui explique sans doute les mises en garde de Téhéran à l’Arabie Saoudite.
 

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.