Accéder au contenu principal
Yémen

Reprise des combats à l'arme lourde au Yémen

Dans la ville de Taëz, les manifestants fuient les tirs de l’armée.
Dans la ville de Taëz, les manifestants fuient les tirs de l’armée. REUTERS/Khaled Abdullah

Au Yémen, les combats ont repris violemment ce mardi 31 mai 2011 au matin dans la capitale Sanaa. Depuis que le président yéménite a refusé de signer l'accord de sortie de crise le 22 mai 2011, pourtant paraphé par l'opposition, des affrontements se déroulent y compris à l'arme lourde. Le président fait planer la menace du chaos s'il ne reste pas aux commandes.

Publicité

La trêve a été de courte durée. Les combats ont repris ce mardi à l'aube à Sanaa, ils opposent les forces du président Saleh à celles du Cheikh Sadek al-Ahmar, le chef de la tribu des Hached, la plus puissante du Yémen, qui s'est rallié à l'opposition.

La semaine dernière, plus de 50 personnes avaient perdu la vie dans des combats à l'arme lourde, les forces armées avaient même utilisé des missiles. Ce matin, ce sont trois partisans du Cheikh al-Ahmar qui ont été tués au nord de Sanaa, selon un médecin.

Dans la ville de Taëz, plus au sud, le sit-in organisé depuis quatre mois place de la Liberté par les opposants a été réprimé dans le sang ce dimanche, selon les propres termes de la Haut commissaire aux droits de l'homme aux Nations unies,Navi Pillay qui a condamné la répression. Depuis dimanche 50 personnes ont été tuées à Taëz par les forces affiliées au gouvernement, a-t-elle précisé dans un communiqué ce mardi, en utilisant des canons à eau, des bulldozers et des chars. Des snipers postés sur les toits ont tiré à balles réelles sur les manifestants, il y aurait des centaines de blessés.

Et puis dans le sud, la ville de Zinjibar serait aux mains d'al-Qaïda selon les autorités yéménites. L'aviation a lancé des raids, 13 personnes auraient été tuées. L'opposition accuse le président Saleh d'agiter le spectre d'al-Qaïda et du chaos dans le pays pour se maintenir au pouvoir.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.