Accéder au contenu principal
Iran / Koweït

L’Iran relâche deux journalistes koweïtiens détenus pour espionnage

Ils sont libres. Deux journalistes koweïtiens, détenus en Iran depuis un mois pour espionnage, ont été rapatriés ce dimanche 18 décembre. Mais les relations entre les deux pays restent tendues.

Publicité

Le 11 novembre dernier, deux Koweïtiens (un journaliste et un cameraman), étaient arrêtés à Abadan, dans le sud-ouest iranien, pour entrée illégale dans le pays et espionnage. Le Koweït avait immédiatement réclamé leur libération, expliquant que leurs visas délivrés par l'ambassade iranienne au Koweït étaient tout ce qu'il y a de plus en règles. Et que les deux hommes, effectivement, préparaient un programme « à caractère social », qui plus est pour une chaîne satellitaire dont le propriétaire est considéré comme proche de l'Iran. Les deux journalistes ont quand même passé un mois en prison.

Il faut dire que depuis le mois de mars dernier, les relations sont tendues entre les deux pays, avec d'abord une autre affaire d'espionnage, mais cette fois au Koweït, dans laquelle deux Iraniens avaient été condamnés à la perpétuité - chaque pays avait alors rappelé son ambassadeur, mais la visite au Koweït deux mois plus tard du ministre iranien des Affaires étrangères avait permis leur retour. D'ailleurs, la libération des deux journalistes, ce dimanche, fait encore suite, selon les médias koweïtiens, à des négociations entre les deux chancelleries.

En fait, l'Iran chiite n'a toujours pas digéré l'intervention saoudienne à Bahreïn visant à protéger des autorités sunnites d'une révolte chiite. Depuis, ses relations sont tendues avec toutes les monarchies arabes du Golfe.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.