Accéder au contenu principal
Arabie Saoudite / Russie / Syrie

Crise syrienne: le roi Abdallah fâché de la position russe

Plus de vingt personnes ont perdu la vie à Homs ce mercredi 22 février dont deux journalistes occidentaux. Le quartier de Baba Amr, dans le centre de la ville, est le plus touché.
Plus de vingt personnes ont perdu la vie à Homs ce mercredi 22 février dont deux journalistes occidentaux. Le quartier de Baba Amr, dans le centre de la ville, est le plus touché. Reuters/Stringer

Chaque jour égrène son lot de victimes en Syrie. Plus de trente victimes civiles syriennes tuées mercredi 22 février 2012 selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, deux journalistes étrangers tués et plusieurs autres blessés à Homs, et une communauté internationale impuissante à imposer une trêve qui permette l’acheminement d’une aide d’urgence. Moscou, indéfectible soutien de Damas et fermement opposé aux corridors humanitaires, a cependant «condamné fermement» l’«événement tragique » de Homs ce mercredi. La position russe a fait l’objet d’un vif échange entre le roi Abdallah d’Arabie saoudite et le président russe Dmitri Medvedev.

Publicité

Avec notre correspondante à Ryad, Clarence Rodriguez

Le roi Abdallah d'Arabie saoudite est furieux et il l’a fait savoir au président russe. Dmitri Medvedev l’appelait au téléphone justement pour lui exposer son point de vue sur la crise en Syrie mais aussi pour proposer un dialogue entre les pays du Golfe et la Russie.

Le souverain Abdallah n’y a pas été par quatre chemins : il lui a vertement répondu que «tout dialogue sur la Syrie est désormais vain». En clair, les Russes auraient dû consulter les pays arabes avant d’opposer leur veto au Conseil de sécurité le 4 février dernier. On se rappelle que ce jour-là le double veto sino-russe avait empêché l’adoption d’une résolution contre le régime de Bachar el-Assad et provoqué alors la colère du monarque saoudien.

En réaction à l’échec du Conseil de sécurité et surtout pour dénoncer les massacres collectifs en Syrie, les monarchies du Golfe avaient expulsé les ambassadeurs syriens et rappelé leurs diplomates en poste à Damas. Trois semaines plus tard, force est de constater que les mesures drastiques imposées au régime d’el-Assad demeurent inefficaces. A l‘instar des pays arabes l’Arabie saoudite se sent totalement impuissante face aux massacres quotidiens perpétrés par le régime répressif syrien.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.