Accéder au contenu principal
Syrie

Syrie: violents bombardements sur Homs où la population est toujours prise au piège

Des membres de l'Armée libre syrienne dans les rue de Homs, ce 29 février 2012.
Des membres de l'Armée libre syrienne dans les rue de Homs, ce 29 février 2012. REUTERS/Stringer

L'assaut terrestre lancé hier par l'armée syrienne sur la ville de Homs se poursuit ce jeudi 1er mars. Particulièrement visé, le quartier rebelle de Baba Amro, fief des opposants de l'Armée syrienne libre (ALS). Les deux journalistes français Edith Bouvier et William Daniels seraient toujours bloqués sur place. Deux de leurs confrères, un Britannique et un Espagnol, ont pu gagner le Liban.

Publicité

Les insurgés présents à Homs assurent faire face à quelque 7 000 soldats déployés autour du quartier de Baba Amro. Les militants de l'opposition expliquent que c'est la redoutable 4e division, dirigée par le frère de Bachar el-Assad, qui a été dépêchée sur place.

Après 25 jours de bombardements sur Homs, l'infanterie est entrée en action ce mercredi. Les forces du régime auraient découvert une voie secrète qui reliait le quartier de Baba Amro à l'extérieur. Cet accès aurait été dynamité. 

Selon des opposants réfugiés dans le quartier de Baba Amro, les bombardements auraient été particulièrement violents et incessants depuis ce mercredi, très tôt le matin, comme le décrit le militant Abu Abdo Al Homsy - joint par notre confrère Silvano Mendes - et qui se trouve dans un autre quartier à Homs : « Les bombardements se poursuivent déjà depuis 25 jours, mais ce mercredi a été la pire journée parce que les forces du régime ont rassemblé toutes leurs forces autour de la ville, elles l'ont encerclée avec tout type de matériel d'artillerie, des lance-roquettes, des obus de mortier, et maintenant ils bombardent avec tout type de bombes et de façon continue. La ville n'a plus d'électricité depuis 25 jours, mais ils viennent aussi de couper l'eau, et d'isoler la ville totalement. Donc plus rien ne peut rentrer ni sortir. La situation humanitaire est vraiment terrible ».

Selon des organisations qui ont des relais dans le quartier de Baba Amro, tous les contacts sont coupés depuis mercredi soir ce qui est inhabituel. En général, au moins une personne arrive à transmettre. De son côté, le Comité international de la Croix-Rouge n'a toujours pas pu obtenir des autorités syriennes un cessez-le-feu d'au moins deux heures par jour pour acheminer de l'aide humanitaire et sortir les blessés.

Le Croissant-Rouge arabe syrien, dans sa branche à Homs, a de la nourriture pour qu'elle soit distribuée, le problème est que les conditions de sécurité ne sont pas réunies pour organiser les distributions de nourriture... (concernant les blessés) la difficulté est de pourvoir organiser des évacuations régulières à Baba Amro...

Les deux journalistes français Edith Bouvier et William Daniels sont probablement toujours pris au piège à Homs. Le reporter du quotidien espagnol El Mundo, Javier Espinosa, a lui réussi à rejoindre le Liban.

Kofi Annan espère pouvoir aller en Syrie

Après l'échec du Conseil de sécurité à trouver un accord sur une solution politique en Syrie, l’ONU tente maintenant de gérer l’urgence et d’obtenir au moins un accès humanitaire, indique notre correspondant à New York, Karim Lebhour. Et c’est loin d’être gagné. La responsable des opérations humanitaires de l'ONU, Valérie Amos, s’est vue refuser mercredi 29 février l’entrée en Syrie. Aucun officiel onusien de haut rang n’a pu se rendre dans le pays depuis le début des violences. Kofi Annan, qui vient d’être nommé envoyé spécial de l’ONU et de la Ligue arabe pour la Syrie, espère toutefois rencontrer Bachar el-Assad dans les prochains jours : «Nous ne sommes pas vus depuis quelques années, a t-il confié. Je vais lui demander d’accepter ma médiation».

Le Conseil de sécurité va de son côté se pencher sur la situation catastrophique dans les villes assiégées comme Homs. Plusieurs idées sont à l’étude : couloir humanitaire ou un cessez-le-feu quotidien de 2 heures. L’exercice est délicat, car les Occidentaux ne veulent pas donner une victoire à la Russie et à la Chine en abandonnant totalement le volet politique.

L’ONU parle maintenant de plus 7 500 morts en Syrie. Un bilan qui s’alourdit au rythme de 100 morts par jour.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.