Accéder au contenu principal
France / Syrie

La polémique enfle après l'intervention de Nicolas Sarkozy sur le dossier syrien

François Hollande et Nicolas Sarkozy à la ceremonie du 8 mai 2012, à París.
François Hollande et Nicolas Sarkozy à la ceremonie du 8 mai 2012, à París. Reuters

Le dossier syrien agite la sphère politique française avec ce coup de fil de plus de quarante minutes passé, le mardi 7 août 2012 au soir, par Nicolas Sarkozy au chef du Conseil national syrien, Abdelbasset Sayda. L'ancien président français et le chef de l'opposition syrienne ont alors réclamé, dans un communiqué commun, une intervention rapide de la communauté internationale en Syrie, comparant la situation syrienne au cas libyen. Dès le mercredi 8 août, l'UMP s'est emparée de ce communiqué pour fustiger l'inaction supposée de François Hollande dans cet épineux dossier. Ce jeudi 9 août 2012, l'exécutif et la majorité répondent aux attaques de la droite.

Publicité

C'est le ministre français des Affaires étrangères qui a réagi le premier. Laurent Fabius s'étonne : « On attendrait autre chose de la part d’un ancien président. » Pour le chef de la diplomatie, la bonne attitude de l'ancien chef de l'Etat aurait été - a minima - de faire bloc avec la politique de son pays dans une situation aussi grave.

Le ministre de la Défense, Jean-Yves le Drian, estime lui que réclamer une intervention militaire en Syrie relève de la démagogie. « C’est facile à dire, très dangereux à faire », a-t-il asséné.

La première secrétaire du Parti socialiste, Martine Aubry.
La première secrétaire du Parti socialiste, Martine Aubry. Reuters

La majorité au secours de l’action gouvernementale

Le Parti socialiste monte, lui aussi, au créneau. La première secrétaire, Martine Aubry, juge ces déclarations «irresponsables ». Quant à Jean-Christophe Cambadélis, en charge des questions internationales pour le PS, il voit surtout dans cette intervention de Nicolas Sarkozy un moyen de se rappeler au bon souvenir des militants UMP. Même interprétation de Jean-Marie Le Guen, député PS de Paris : « Nicolas Sarkozy saisit une occasion pour essayer de se faire valoir et de revenir par la petite porte sur la scène politique. »

Faux !, rétorque Brice Hortefeux : « Sa préoccupation en ce moment, ce n'est certainement pas des questions de politique intérieure. » Et le fondateur de l'association des Amis de Nicolas Sarkozy de fustiger très directement la politique de François Hollande : « Avec Nicolas Sarkozy, il y avait une action forte en Libye, il y avait une action permanente qui était impulsée, la France était en pointe. Et aujourd'hui la France a disparu. »

« On tue en Syrie, et François Hollande bronze à Brégançon »

De son côté, l'ancienne ministre du gouvernement Fillon, Nathalie Kosciusko-Morizet, va même jusqu'à accuser François Hollande de « faire semblant » d'agir en Syrie. Mais le plus virulent reste Philippe Juvin. L’eurodéputé UMP accuse dans un communiqué: « On tue en Syrie et le président (…) bronze, tranquille à la plage de Brégançon. »

Pierre Lellouche, ancien secrétaire d'Etat chargé du Commerce extérieur.
Pierre Lellouche, ancien secrétaire d'Etat chargé du Commerce extérieur. AFP/Eric Piermont

Une seule voix s’est pour l’instant élevée pour tenir des propos plus mesurés suite à ce communiqué : celle de l’ex-secrétaire d’Etat UMP, Pierre Lellouche. Pour lui, il y a de « grandes différences » entre les crises libyenne et syrienne : « Je ne fais pas du tout partie de ceux qui disent qu'il n'y a qu'à intervenir, au contraire c'est très, très compliqué. » Il a également espéré que l’initiative de Nicolas Sarkozy sur le dossier syrien était « coordonnée » avec le nouveau pouvoir socialiste : « Il n'y a pas de place pour deux diplomaties françaises», a-t-il affirmé.

François Hollande refuse jusqu’à maintenant de commenter cette polémique. Si ce n’était pas le but premier, Nicolas Sarkozy fait en tout cas un retour fracassant dans l'arène politique avec ce communiqué, après un silence d'un peu plus de trois mois depuis sa défaite à la présidentielle.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.