Accéder au contenu principal
Israël / Territoires palestiniens

Israël déploie son armée le long de la frontière avec Gaza

Des tanks et des véhicules de transport de troupes se positionnent près de la frontière avec Gaza, le 19 novembre 2012.
Des tanks et des véhicules de transport de troupes se positionnent près de la frontière avec Gaza, le 19 novembre 2012. REUTERS/Ronen Zvulun

Les bombardements de l'armée israélienne ont fait au moins 13 morts ce lundi à Gaza. Au total, 90 Palestiniens ont été tués depuis le début de l'offensive, mercredi dernier. Israël assure viser des sites d'activistes dans la bande de Gaza, en réponse aux tirs de roquettes, mais les bombes ont provoqué la mort de nombreux civils. Israël a aussi installé des chars et des renforts le long de la frontière avec le territoire palestinien. En parallèle, les mouvements diplomatiques sont nombreux.

Publicité

Avec notre correspondant à Jérusalem, Nicolas Falez

Ces derniers jours, 31 000 réservistes de l’armée israélienne ont reçu l’ordre de rejoindre leurs unités. Tous ne sont pas mobilisés autour de la bande de Gaza. Certains sont par exemple affectés à la Défense passive, une unité en charge de la protection des civils en cas de conflit.

Néanmoins, on a pu observer ces derniers jours des moyens militaires - des hommes, des blindés, des bulldozers - se déployer aux alentours de la bande de Gaza. Cela confirme que les préparatifs sont en cours et qu’une opération terrestre est envisagée par les dirigeants israéliens, qui d’ailleurs ne s’en cachent pas.

Mais la décision ne semble pas encore prise. Le choix est difficile. La bande de Gaza, parcourue par les groupes amés palestiniens, pourrait en effet se refermer comme un piège meurtrier sur les troupes israéliennes au sol.

Par ailleurs, des messages ont été adressés ces dernières heures aux dirigeants de l’Etat hébreu pour les mettre en garde contre un tel scénario. Barack Obama, en déplacement en Asie, a ainsi réaffirmé le « droit d’Israël à se défendre », selon ses propres termes, tout en précisant qu’une intervention au sol n’était pas « préférable ».

Plusieurs déplacements diplomatiques sont prévus dans les prochaines heures. Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon est attendu ce lundi au Caire pour tenter de négocier une trêve. Le président égyptien Mohamed Morsi a déjà rencontré le chef du Hamas, au pouvoir à Gaza, et le leader du groupe du Jihad islamique. Une délégation israélienne devrait participer aux discussions, mais l'information n'a pas été confirmée par les autorités.

Du côté palestinien, les dirigeants du Fatah, du Hamas et du Jihad islamique en Cisjordanie, s'engagent à mettre fin à la division avec la branche du Hamas au pouvoir à Gaza.

A l'image de Ban Ki-moon et Mohamed Morsi, la scène internationale se mobilise. Le Premier ministre turc accuse Israël de commettre des actes terroristes dans le territoire palestinien. Le chef de la diplomatie égyptienne se rendra demain mardi à Gaza, avec plusieurs représentants de la Ligue arabe. L'ancien Premier ministre britannique Tony Blair, lui, est attendu cet après-midi à Jérusalem.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.